Cet article date de plus de 8 ans

Les chambres d'hôtes en Corse, une activité difficile à contrôler

L'Umih a déposé plainte pour concurrence déloyale contre 50 chambres d'hôtes dans 10 départements. L'Umih Corse tentent d'identifier les structures qui pratiquent une activité hôtellière illégale. Plus largement, elle pointe du doigt la concurrence de cette activité en développement.
D'après l'Agence de Tourisme de la Corse, il y aurait une centaine de chambres d'hôtes sur l'île, et 2.700 gîtes et meublés touristiques.
D'après l'Agence de Tourisme de la Corse, il y aurait une centaine de chambres d'hôtes sur l'île, et 2.700 gîtes et meublés touristiques.
Dans cette chambre d'hôte d'Eccica-Suarella, la propriétaire respecte la loi en tous points. Jeanne-Marie Garro loue quatre chambres au prix unique de 75 euros la nuit. Une activité qu'elle a choisie sur le tard avec son époux, pour compléter une petite retraite d'artisan. 

Chaque année, elle déclare les revenus liés à ses locations sur sa feuille d'impôts. Elle s'acquitte aussi de sa cotisation auprès du label Gîte de France, et verse une taxe de séjour à la communauté de communes dont elle dépend. "Chez moi tout est dans les normes" précise-t-elle.

Ces règles sont précises. Les chambres ne doivent pas être plus de cinq par habitation. Le propriétaire ne doit pas accueillir plus de 15 personnes à la fois. Enfin, celui-ci doit habiter sous le même toit que ses locataires. 

Pourtant, tous ne respectent pas la loi. C'est cette dérive que l'Umih (l'Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie) a souhaité pointer du doigt. La principale organisation patronale hôtellière a déposé plainte contre 50 établissements sur le continent. Elle les accuse de concurrence déloyale. Certains ne déclarent pas leurs activités et ne payent pas leurs charges. 




La consigne a été diffusée dans l'ensemble des antennes de l'Umih en France. Si un adhérent soupçonne ou détecte une fraude, il est prié d'alerter l'Umih. L'organisation patronale pourra alors déposer plainte, avec un avocat. 

Sur l'île, il n'y a aucune plainte à l'heure actuelle. D'après l'Agence de Tourisme de la Corse, il y aurait une centaine de chambres d'hôtes et 2.700 gîtes et meublés touristiques. Mais difficile de les recenser tous. 


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme