Desserte maritime Corse-Marseille : la SNCM-CMN et Corsica Ferries France doivent revoir leur copie

Corsica Ferries France, la SNCM et la CMN doivent revoir leur copie. C'est ce qu'a déclaré Paul Giacobbi à l'Assemblée Nationale mardi 14 mai. Le président  du Conseil Exécutif a interpellé le gouvernement sur l'avenir de la SNCM et sur l'organisation des transports maritimes. 

Le président de la Collectivité territoriale de Corse Paul Giacobbi (PRG)
Le président de la Collectivité territoriale de Corse Paul Giacobbi (PRG) © PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP
Trois compagnies,  le groupement SNCM/CMN d’un coté et la Corsica Ferries France (CFF) de l’autre, avaient déposé leur candidature le 14 Janvier dernier.

Mais « la première phase de la procédure d’attribution de la Délégation de Service Public (DSP) s’achève sans qu’aucun candidat n’ait remis une offre légalement et financièrement acceptable : elle sera donc déclarée infructueuse et nous relancerons les négociations avec l’ensemble des candidats ». Voilà ce qu'a déclaré Paul Giacobbi à l'occasion des questions orales  ce mardi 14 mai. 

Une petite bombe lancée par le Président du Conseil Exécutif de l’Assemblée de Corse devant…. l’Assemblée nationale. 

C’est une méthode inhabituelle car c’est l’assemblée de Corse qui est en charge de ce dossier. Selon certains observateurs, Paul Giacobbi a voulu rappeler au gouvernement que l’État est toujours majoritaire au sein de la compagnie SNCM.

A propos de cette compagnie, le Président de l’Exécutif a déclaré devant les députés « (…) la priorité est de construire un plan industriel pèrenne pour l’entreprise, en préservant le maximum d’emplois ». Le texte intégral de la question parlementaire est en ligne sur le site internet de l'Assemblée Nationale. et sur le blog de Paul Giacobbi

Quelles suites ?


L’Office des Transports de la Corse a rédigé un rapport sur l’appel d’offres en cours et sur l’infructuosité des négociations avec les compagnies.

Ce rapports sera présenté la semaine prochaine au Conseil Exécutif, et sera soumis au vote des élus de l’Assemblée de Corse,  lors de la séance des 6 et 7 Juin prochain.

Si le principe de l’infructuosité est accepté par la majorité des élus, il faudra renégocier avec une partie ou l’ensemble des compagnies.

Mais des interrogations se posent sur la forme des futures discussions. Si l’appel d’offres est infructueux, il faudra trouver une formule. Soit relancer un nouvel appel d’offres, soit proposer d’autres modes de négociations, à définir.

Quoi qu’il arrive, l’actuelle Délégation de Service Public devra être prorogée.




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports maritimes économie politique transports