Cet article date de plus de 7 ans

Grève à la SNCM: la tension monte en Corse à la veille d'une semaine importante

Les esprits s'échauffent en Corse au 5e jour de grève de la SNCM et de la Méridionale, avec le début dimanche 5 janvier du blocus des transporteurs routiers et la montée au créneau de l'office des transports de Corse (OTC) qui demandent un "service minimum" aux compagnies.
04/01/14 - Sur le port de Bastia, une banderole annonce la "mort programmée" de la compagnie maritime SNCM
04/01/14 - Sur le port de Bastia, une banderole annonce la "mort programmée" de la compagnie maritime SNCM © FTViaStella

"Blocus​ de fret"

Alors que le conflit a depuis mercredi empêché plusieurs milliers de passagers de transiter sur les bateaux des deux compagnies maritimes et perturbé le fret routier, le syndicat des transporteurs routiers de Corse a décidé d'afficher son "ras-le-bol".

"Le mot d'ordre, c'est de ne pas transporter de fret", a précisé le président du syndicat, Jean-Marie Maurizi, qui a demandé à la compagnie privée Corsica Ferries, la seule assurant aujourd'hui des traversées, de ne pas embarquer de marchandises.

Une demande qui ne concerne pas les passagers, et à laquelle la compagnie a indiqué avoir l'intention de se conformer.

durée de la vidéo: 02 min 03
SNCM: le point sur le conflit au 5e jour de grève


"La grève de trop"​

De son côté, le président de l'Office des transports de Corse (OTC), Paul-Marie Bartoli, a dénoncé "la grève de trop" du duo SNCM-Méridionale, qui a remporté la délégation de service public (DSP) de la desserte de la Corse pour la période 2014-2023.

"Il faut que cette grève cesse", a tonné M. Bartoli, qui a demandé la mise en place par la Méridionale et la SNCM d'un "service social et solidaire", prévu dans la dernière DSP, et qui doit s'appliquer dès le cinquième jour de grève.

"Après une année de conflit sans grève contre la liquidation et pour l'émergence du projet du futur, le conflit en cours est un moyen ultime, de dernier recours", a répondu la CFE-CGC dans un communiqué, considérant que "les droits de la SNCM sont les droits de la Corse" et que "la défense de la SNCM(...) protège la Corse des rigueurs du monopole à venir".

durée de la vidéo: 01 min 50
SNCM: les raisons de la grève

"Coup de pression"

Ce "coup de pression" intervient à la veille d'une semaine importante. Le ministre des Transports Frédéric Cuvillier doit en effet recevoir lundi la Fédération nationale des marins CGT, qui demande que soit rendu obligatoire pour toutes les compagnies le pavillon français premier registre, l'un des motifs de la grève.

Il doit également réunir dans la semaine les acteurs du dossier SNCM pour discuter du financement du renouvellement de la flotte de la compagnie marseillaise, un plan que réclament à cor et à cri les syndicats de l'entreprise historique, en proie à d'importantes difficultés financières et menacée de dépôt de bilan.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports maritimes grève mouvement social transports