• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

La Corse, Îles des Justes ?

Paul-Louis-Emmanuel Balley, préfet de la Corse de 1940 à 1943 / © Clémentine et André Campana - FTViastella
Paul-Louis-Emmanuel Balley, préfet de la Corse de 1940 à 1943 / © Clémentine et André Campana - FTViastella

La Corse est le seul département français qui n’a ni arrêté, ni déporté de juifs durant la Shoah. Retour sur l’action du préfet de Corse, Paul Louis Emmanuel Balley, et de son administration face au recensement des Juifs dans une île terre d'accueil.

Par Jean Crozier

En 1941, Hitler et Pétain intensifient la politique anti-juive.  Comme toutes les préfectures, la Corse reçoit les ordres du Gouvernement de Vichy de rafler dans un premier temps les Juifs étrangers, en zone libre, puis en zone occupée.

Mais alors pourquoi la Corse est-elle le seul département de France qui n’a arrêté ni déporté de juifs, « sauf peut-être un, accidentellement », comme le dit l’avocat et historien, Serge Klarsfeld ?

Le documentaire " La Corse, Ile des Justes ?" de  Clémentine et André Campana, réalisé en 2013, a  tout  récemment encore été projeté à Porto Vecchio. Il apporte des éléments de réponse.
Corse, Île des Justes ?
André Campana Journaliste et réalisateur "La Corse, îles des justes" Jeannine Casanova Reportage : Solange Graziani et Eric Proenza

Ce documentaire avait été diffusé une première fois sur France 5 le 14 avril 2013.

Le film raconte dans le détail, la manière dont le préfet et son administration ont détourné les ordres de Vichy concernant les juifs.

C’est un jeune professeur d’histoire, corse, Louis Luciani, qui dès 2008, ayant décidé de préparer le Concours National de la Résistance avec ses élèves de 4ème, a mis au jour, par un travail minutieux dans les archives départementales, nationales et italiennes, les principaux éléments de ce dossier.

 

Découvrir un pan d'histoire

Tel un  « road-movie corse », de village en village, de ville en ville, le documentaire de Clémentine et André Campana  fait découvrir des corses pétris d’émotions, qui ont accueilli et protégé des juifs pendant la guerre « parce que c’était normal », et qui donnent une grande leçon d’humilité : « Les corses, dans leur ensemble, ont considéré que l’on touchait à une part d’eux-mêmes ».

On découvre également un pan de l’histoire, Corse, encore inconnu : Pascal Paoli et Napoléon, qui avaient déjà transformé l’île des bergers et de montagnards en une république moderne et démocratique dès le siècle des lumières, sont les premiers à donner aux juifs un statut à part entière, sans compter l’assimilation réussie des juifs « Marranes » du 16ème siècle, parmi lesquels on trouve des noms célèbres en Corse : Les Zuccarelli, les Giacobbi, les Siméoni et bien d’autres.

Sur le même sujet

Corse : le tri se porte de mieux en mieux

Les + Lus