• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Baisse historique du nombre d'attentats et des règlements de compte en Corse

ARCHIVES - Attentat à l'explosif dans un village de vacances en Corse-du-Sud / © Alain Pistoresi / MAXPPP
ARCHIVES - Attentat à l'explosif dans un village de vacances en Corse-du-Sud / © Alain Pistoresi / MAXPPP

La garde des Sceaux Christiane Taubira a salué vendredi "la forte mobilisation des magistrats" en Corse, où le nombre d'attentats au cours des deux dernières années n'a jamais été aussi bas depuis 30 ans.

Par France 3 Corse ViaStella avec AFP

La ministre de la justice s'exprimait à l'occasion de la quatrième rencontre à Paris des représentants de l'instance de coordination judiciaire pour la Corse composée du parquet anti-terroriste de Paris, du parquet financier national, de la juridiction inter-régionale spécialisée (JIRS) de Marseille, des parquets et parquets généraux de Corse et de la direction des affaires criminelles et des grâces (DACG). Cette réunion s'est tenue le 8 décembre à la Chancellerie, a indiqué vendredi le ministère de la Justice.

32 attentats en 2013, 12 en 2014

Christiane Taubira a salué à cette occasion "l'implication de tous les acteurs judiciaires sur le terrain" et dressé le bilan de la lutte contre le terrorisme et les règlements de comptes menée dans l'île depuis 2012, a indiqué la chancellerie dans un communiqué.

Selon les chiffres du ministère, "le nombre d'attentats en Corse a été marqué par une forte chute depuis l'an dernier" et a atteint son niveau "le plus bas depuis 30 ans" avec 32 attentats en 2013 et 12 en 2014. Les règlements de compte ont également diminué, passant de 21 faits en 2012 à 14 en 2014, a-t-on précisé de même source.

La criminalité économique et financière en ligne de mire

Christiane Taubira a également insisté "sur l'enjeu que représente la lutte contre la criminalité économique et financière".

Elle a estimé à cet égard que "des progrès doivent encore être réalisés afin de mieux détecter la pénétration de l'économie par des fonds issus de la criminalité organisée, notamment en favorisant les déclarations de soupçons (sur les mouvements de fonds suspects)".

La ministre de la Justice a donc demandé à ses services d'organiser une réunion entre les autorités judiciaires locales et Tracfin (la cellule de renseignement financier de Bercy) à ce sujet. La DACG en assurera la coordination.

Concernant les effectifs des magistrats en Corse, la ministre a indiqué que cette question demeurait "prioritaire" et que tous les emplois étaient pourvus ou le seront en 2015 avec 16 postes à la cour d'appel de Bastia, 22 au TGI de Bastia, 20 au TGI d'Ajaccio auxquels s'ajoutent à Marseille 40 personnes au parquet et 21 juges d'instruction.

Sur le même sujet

La chambre régionale des comptes épingle le service d’incendie et de secours de Corse-du-Sud

Les + Lus