Agression d'un étudiant à Corte : le procès renvoyé au 15 octobre

Le procès de l'homme soupçonné d’être l’auteur de la violente agression subie par Axel Brunel, le 6 septembre dernier, à Corte, a été renvoyé au 15 octobre. Louis Leca attendra son jugement en prison :  le tribunal a décerné mandat de dépôt en raison du risque de récidive
Le palais de Justice de Bastia.
Le palais de Justice de Bastia. © Christian Giugliano / France 3 Corse ViaStella
Boris Brunel quitte le palais de justice de Bastia soulagé.

L'agresseur présumé de son fils n'a pas été jugé, mais en attendant l'audience, renvoyée au 15 octobre, Louis Leca dormira en prison. Suivant le réquisitoire implacable du procureur, le tribunal a décerné mandat de dépôt, au regard du risque "extrêmement probable de renouvellement de l’infraction".

Le jeune pompier volontaire va vivre sa première incarcération, même si son casier judiciaire contient déjà une condamnation récente pour des faits similaires. En juin 2019, il avait été condamné à quatre mois de prison avec sursis et deux ans de mise à l'épreuve pour des violences. De ce fait, il avait interdiction d'approcher un débit de boisson et la ville de Corte.

C'est pourtant au sortir d'une boîte de nuit du centre-ville, après une "soirée trop arrosée" de l'aveu même de son avocat, que le jeune homme âgé aujourd'hui de 20 ans,  a roué de coups Axel Brunel, 16 ans, sans aucune raison apparente. Le mobile de cette très violente agression reste inconnu pour l'heure.
 

Quelques secondes d'enfer

C’était ses premiers pas à Corte ; ça a failli être les derniers. La terrible violence subie par Axel Brunel samedi soir laisse pantois.

Cette journée avait pourtant commencé de la plus banale des façons. "Ce samedi 5 septembre, j’ai mis Axel au train à Bastia à 16h30, raconte son père, Boris. Il commençait lundi une licence en sciences de l’ingénieur informatique. Ses copains sont arrivés, ils sont allés diner, puis boire un verre, rencontrer d’autres étudiants". A une heure du matin, Axel et deux amis prennent le chemin du retour. 

Un très violent coup de poing qui l'a fait tomber inconscient sur le trottoir

Boris Brunel, père d'Axel

"Soudain, comme un volet qui lui serait tombé sur la tête, Axel a reçu un très violent coup de poing qui l’a fait tomber inconscient sur le trottoir", explique encore son père. La suite, ce sont les amis, et les nombreux témoins qui l’ont racontée.

Selon ces témoignages, tous concordants, loin de s’arrêter à la vue de sa victime inconsciente à terre, l’agresseur frappe encore et encore Axel, puis ses deux amis qui ont tenté de s’interposer. "Ca a eu le mérite de détourner son attention d’Axel. Si les copains ne sont pas là à ce moment-là, il tue mon gosse. J’aurais pu perdre mon fils".
Axel Brunel, 16 ans, a eu le nez et le plateau orbital fracturés le 6 septembre à Corte
Axel Brunel, 16 ans, a eu le nez et le plateau orbital fracturés le 6 septembre à Corte

Quinze jours d'ITT

Il faudra une heure pour qu’Axel sorte des vapes, grâce aux soins des pompiers; à l’hôpital, on lui diagnostiquera deux fractures, plancher orbital et nez; il faudra lui recoudre l’arcade sourcilière. Quinze jours d’ITT dans un premier temps.

Dans quelques jours, l'adolescent sera opéré à l’hôpital de Bastia pour tenter de reconstruire ce visage brisé par les poings d’un inconnu sans aucune raison apparente.

Axel va aussi devoir faire l’objet d’un suivi psychologique. L’agression l’a complètement bouleversé. "Mon fils n’avait jamais eu d’embrouilles, de mots avec personne de sa vie. C’est un garçon très calme. C’était, car depuis ce week-end, il sursaute au moindre bruit, il est agressif, il a peur qu’avec notre plainte, il fasse l’objet de représailles".

La prochaine fois, il tuera quelqu’un

Boris Brunel, père d'Axel

L’agresseur s’est enfui en courant dans les rues de Corte, le tee-shirt maculé du sang de sa victime. Mais les témoignages ont permis de dresser un portrait-robot, de préciser sa corpulence, ses vêtements."Je fais confiance à la justice, poursuit Boris Brunel. J’espère que cette ordure sera mise hors d’état de nuire très vite, parce que la prochaine fois, il tuera quelqu’un".

Recherché depuis l'agression, Louis Leca s'est rendu aux gendarmes mercredi . Il a reconnu les faits lors de sa garde à vue. Au tribunal, il a commencé par présenter ses excuses à la famille Brunel, en s'affirmant sincèrement désolé de ce qu'il avait fait. Il aura l'occasion d'exposer ses "motivations" devant ce même tribunal dans cinq semaines.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence faits divers justice société