A Bastia, l'air jusqu'à 37 fois plus pollué par le trafic maritime

A Bastia et Ajaccio, l'air est saturé par la pollution dégagée par les fumées des navires en escale. / © FTVIASTELLA
A Bastia et Ajaccio, l'air est saturé par la pollution dégagée par les fumées des navires en escale. / © FTVIASTELLA

L'association France Nature Environnement s'alarme de la pollution en Corse causée par le "ballet incessant de ferries et navires de croisières", évoquant dans un communiqué "37 fois plus de pollution" à Bastia quand des bateaux partent ou arrivent au port.

Par France 3 Corse ViaStella avec AFP

Aidée de plusieurs associations, dont U Levante, basée en Corse, l'association a effectué des relevés à Bastia et Ajaccio et a notamment enregistré "jusqu'à 100 fois plus de particules ultra-fines sur un ferry Bastia-Livourne" avec un "pic de 230.000 particules ultrafines par cm3".

A Bastia, elle a établi un seuil témoin à 2.000 particules ultrafines par centimètre cube et "lors des départs et arrivées de ferries, les mesures ont révélé 75.000 particules ultrafines par cm3 soit 37,5 fois plus de pollution", indique-t-elle dans un communiqué.

A Ajaccio, au niveau du port de plaisance, "un pic de 70.000 particules ultrafines" lors du départ d'un ferry et "une pollution 10 fois plus élevée lors du départ ou de l'arrivée de navires jusqu'à 2 kilomètres du port" a été constatée par l'association.
 
A Bastia, l'air jusqu'à 37 fois plus pollué par le trafic maritime
Intervenants - Jean Luc Savelli, directeur de Qualitair Corse; Pierre Mattei, président de Corsica Ferries; Equipe - Mathilde Guyenot, Frédéric Roche.

Pour lutter contre cette pollution, l'association appelle en premier lieu à "la classification de la mer Méditerranée en zone ECA", une zone d'émissions contrôlées qui "interdira l'utilisation du fuel lourd particulièrement polluant".

Cette zone ECA, mise en place par l'organisation maritime internationale, existe déjà pour la mer du Nord.

Cette classification de la Méditerranée est également souhaitée par le président de l'Assemblée de Corse. Jean-Guy Talamoni doit présenter devant l'assemblée insulaire une motion allant dans ce sens.

France Nature Environnement souhaite également l'installation de "système d'alimentation électrique à quai", un dispositif mis en place en 2017 par le port de Marseille où le nombre de particules fines était "100 fois plus élevé" à proximité du port que dans d'autres parties de la ville, selon France Nature Environnement.

En janvier dernier, Corsica Linea, après La Méridionale, a annoncé son intention d'équiper trois de ses navires faisant la liaison Marseille-Corse afin de les alimenter en électricité pendant les escales marseillaises. Le dispositif doit être opérationnel en 2019.

L'association appelle enfin à instaurer "un bonus-malus dans les tarifs des droits portuaires".

 

A lire aussi

Sur le même sujet

A Bastia, l'air jusqu'à 37 fois plus pollué par le trafic maritime

Les + Lus