• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Les canistrelli, les gâteaux phare de l'été

Dans les boulangeries comme dans les supermarchés, les ventes de ces biscuits secs explosent l'été. Les carnets de commandes des biscuiteries sont pleins.

Par A.P.

C'est devenu un gâteau incontournable dans la culture Corse. Voilà des décennies que le Canistrellu ravit les papilles. A l'anis, à l'orange ou encore au vin blanc : il se déguste aujourd'hui sous différentes saveurs. De quoi mettre tout le monde d'accord.

« Ce sont des biscuits secs, spécifiques, ça ne fond pas sur la plage et c’est bon ! », répond tout simplement une acheteuse. Pour cette autre cliente, les canistrellu est une affaire de famille : « Ma grand-mère nous a élevé à ça, mon père a suivi, moi et mes enfants suivent également. »

Des gâteaux que l'on savoure tout au long de l'année mais davantage en été. Car nombreux sont les touristes à se laisser tenter par cette spécialité corse. A cette période, les biscuiteries tournent à plein régime.

Les canistrelli, le gâteau phare de l'été
Intervenants : Evelyne Quinart, gérante de la biscuiterie I Canistrelli Di Mammòna / Karine Andrietti, gérante de la biscuiterie Cherchi / Jean Fenech, responsable communication de la biscuiterie d'Afa. Reportage : Morgan Plouchart, Lionel Luciani


Un héritage ancestral


De juin à août, Evelyne, de l’entreprise « I Canistrelli Di Mammòna », livre ce supermarché 7j/7 pour satisfaire la demande. Une hausse des commandes qui lui permet d'augmenter son chiffre d'affaire de 40%. Même situation pour les autres producteurs comme Karine Andrietti gérante de la biscuitterie « Cherchi ». Chaque été, la biscuiterie  reçoit jusqu'à 4 fois plus de commandes.

Si ces biscuits rencontrent un franc succès chez les touristes, c'est avant tout pour leur authenticité. Car plus qu'une spécialité corse, le Canistrellu est un héritage ancestral, comme dans la biscuiterie d’Afa : « Ce sont des recettes qu’on a hérité de ma grand-mère. Ensuite mon père et mon oncle ont lancé leur activité en reprenant ces recettes. On a gardé les mêmes bases et on essaie de les mettre au goût du jour. »

Un savoir-faire qui fait aujourd'hui la fierté des habitants de l'île et qui ne saurait être égalé nulle part ailleurs.

Sur le même sujet

Entretien avec François Charles, président de l'association l'Arcu

Les + Lus