Ceuta et Melilla, 2 villes espagnoles sur le continent africain

Depuis son indépendance en 1956, le Maroc revendique 2 territoires espagnols qui sont sur ses terres : Ceuta et Melilla... Notre magazine "Democratia" revient sur "La Crise de l'îlot Persil" qui fût le théâtre de discordes entre les 2 pays, ce mardi à 20h45 sur France 3 Corse ViaStella.

Peu de personnes le savent mais 2 territoires espagnols se trouvent sur le sol africain, ce sont également les seuls "pieds à terre" de l'Union Européenne sur le continent voisin.
Ceuta et Melilla appartiennent à l'Espagne, mais ont été l'objet nombre de désaccords entre les 2 pays. Nous allons découvrir leurs histoires, mais également pourquoi elles sont importantes aux yeux du gouvernement espagnol...

Ceuta et Melilla, pourquoi existent-elles ?

En 1415, Ceuta était l'un des principaux ports économiques et stratégiques du monde islamique, et a été contrôlée pendant des siècles par plusieurs dynasties berbères et arabes.
Ensuite, elle fut conquise par le Portugal, durant le processus de reconquête chrétienne, qui mettra fin aux règnes des royaumes islamiques qui dominaient ce territoire depuis près de 700 ans...
Après la création de l'Union ibérique (entre le Portugal et l'Espagne) en 1580, l'Espagne détient elle aussi les terres de Ceuta. Cette union prend fin en 1640 et c'est le pays de Cervantes qui conserve cette exclave.

Concernant sa voisine, éloignée de 380km, Melilla, elle fut conquise par la couronne de Castille en 1497, sur mandat des monarques catholiques Ferdinand II d'Aragon et Isabelle Ier.
Une flotte s'est rendue dans cette autre ville portuaire, dans le cadre de la reconquête espagnole au cours de laquelle, 5 ans auparavant, ils avaient vaincu le dernier royaume musulman de la péninsule à Grenade. 

La présence dans ces territoires d'Afrique du Nord était fondamentale pour les ambitions "expansionnistes" de l'Espagne.
Le contrôle de l'entrée de la mer Méditerranée par le détroit de Gibraltar était en effet une priorité stratégique...
Ceuta, située de l'autre côté du détroit et à seulement 14 kilomètres de la côte continentale, servait en quelque sorte de tête de pont pour les flux commerciaux et humains entre les 2 rives.

Depuis lors, et après 5 siècles de présence ininterrompue, l'Espagne a fini par considérer ces 2 villes comme faisant partie intégrante de son territoire...

Le Maroc n'est cependant pas du même avis et revendique également ces terres.

Les différents politiques entre les 2 pays 

Entre 1912 et 1956, l'Espagne et la France étaient responsables d'un protectorat en Afrique du Nord qui comprenait une grande partie du Maroc actuel.
Notre voisin ibérique était responsable du Nord et du Sud du pays. Mais Ceuta et Melilla sont exclues de ce protectorat, et conservent leur statut de territoires espagnols.

En 1956, le Maroc a obtenu son indépendance et est devenu l'État que nous connaissons aujourd'hui. Une zone du sud initialement occupée par les Espagnols, a été cédée au pays en 1958.

Depuis cette indépendance, le royaume chérifien définit ces 2 territoires comme une occupation par les Espagnols...

Dès les débuts des années 2000, de nouvelles tensions éclatent pour diverses raisons, on va constater la création d'une barrière de 8km de long séparant Ceuta du Maroc. Le but premier étant d'arrêter l'immigration et la contrebande, qui deviennent un véritable fléau pour l'Espagne.

Aujourd'hui, les relations entre les 2 gouvernements se sont toutefois apaisées, et deviennent même des "références" comme l'organisation de la coupe du monde 2030 en est l'exemple.
En effet, l'évènement le plus regardé au monde va être accueilli par l'Espagne le Portugal et le Maroc. 
L’une des priorités relationnelles entre ces 2 pays est désormais de dynamiser leurs échanges économiques et commerciaux. 

Pour illustrer ce conflit, nouveau numéro de "Democratia", ce mardi à 20h45 sur ViaStella, consacré à la crise de l'îlot Persil, point culminant des tensions Espagne/Maroc au sujet de ces 2 territoires...

L'un des principaux faits marquants des désaccords du début du 21ème siècle entre les 2 pays se déroule en effet en 2002...
Des gendarmes marocains plantent alors leur drapeau national sur un territoire inhabité, appartenant à l'Espagne, un acte vécu comme une véritable agression....
L'histoire de ce conflit et de son règlement sont abordées dans ce numéro inédit de Democratia, à travers un documentaire de la série "Les Échos de l'Histoire", réalisé par Julien Meynet.
Il sera suivi d'un épisode plus ancien sur le même thème intitulé : "Gibraltar : une colonie au cœur de l'Europe", toujours du même réalisateur.
En effet, l'enclave, située dans la même zone, est elle aussi au cœur d'un imbroglio géopolitique : toujours revendiquée par l'Espagne, elle semble toutefois aujourd'hui durablement inscrite dans le giron britannique.

Cependant, des années 60 à 80, d’âpres luttes ont été menées par le Royaume espagnol pour en reprendre possession. Ces conflits dans ce lieu stratégique du trafic maritime ont tenu en alerte les Nations unies, et interpellé à l'époque sur la probabilité d’un conflit armé opposant 2 puissances européennes... 

"Democratia, détroits et canaux : hauts lieux stratégiques", une coproduction France 3 Corse ViaStella / Mareterraniu, à retrouver ce mardi à 20h45 sur ViaStella et en replay le lendemain de sa diffusion sur notre plateforme France.TV

durée de la vidéo : 00h01mn01s
Democratia, détroits et canaux : des hauts-lieux stratégiques à retrouver ce soir à 20h45 sur ViaStella ©France 3 Corse ViaStella / Mareterraniu