Les chasseurs de nouveau autorisés à chasser à la chevrotine en Haute-Corse

Depuis deux semaines, les amateurs insulaires avaient dû se résoudre à ne pas utiliser ce type de munition lors des battues. Ce week-end, le ministère de la transition écologique a de nouveau autorisé la chevrotine, mais pour l'heure seule la Haute-Corse peut y avoir recours.

La chasse aux sangliers, l'occasion de se retrouver toutes générations confondues
La chasse aux sangliers, l'occasion de se retrouver toutes générations confondues © C. GIUGLIANO / FTVIASTELLA
Deux week-ends de battue durant lesquels les chasseurs corses ont dû déroger à leurs habitudes. 
Depuis le 15 août dernier, date d'ouverture de la chasse au sanglier, il leur était interdit de tirer le gibier à la chevrotine.
© Viastella
Cela aurait pu sonner comme une vraie petite révolution dans le milieu de la battue au sanglier tant cette munition est plébiscitée sur l'île. 
Mais ce n'était finalement guère plus qu'un désagrément passager. 

Encore un peu de patience pour le sud

Hier, deux arrêtés, pour la Haute-Corse et pour la Corse-du-Sud, ont renouvelé l'autorisation d'utilisation de la chevrotine sur l'île. 
Renouvelé, parce que cette autorisation fait figure d'exception en France. 

Arrêté Haute-Corse

Pour autant, seule la Haute-Corse est, dans les faits, autorisée, pour l'heure, à tirer à la chevrotine.
La préfecture du département a publié l'arrêté vendredi soir, il est donc effectif. 
En revanche, en Corse-du-Sud, il n'a pas encore été publié, très certainement en raison de l'heure tardive à laquelle il a été reçu au palais Lantivy.

Arrêté Corse-du-Sud

Une exception

Tous les 3 ans, conformément à l'arrêté ministériel en date du 1er août 1986, le ministre de la transition écologique et solidaire décide, ou pas, de prolonger cette exception. Seule la Corse, et les Landes, en bénéficient, principalement en raison de la prolifération des sangliers sur ces territoires.
Le sanglier, qui peut infliger de gros dégâts aux cultures, est classé nuisible dans plusieurs régions françaises
Le sanglier, qui peut infliger de gros dégâts aux cultures, est classé nuisible dans plusieurs régions françaises © Christian Watier / Maxppp
Alors que l'autorisation annuelle 2017-2020 est arrivée à son terme, les préfets de Haute-Corse et de Corse-du-Sud ont soumis cet été la prolongation au ministre, comme il est de coutume de le faire. 
Elle a été acceptée, avec un peu de retard. 
Et les coups de chevrotine vont de nouveau résonner dans les montagnes insulaires à partir d'aujourd'hui. 

Une munition cruelle, pour les défenseurs des animaux

La nouvelle est loin de réjouir les adversaires de la chasse, et plus particulièrement les défenseurs de l'environnement et de la cause animale. 
Ils dénoncent le plomb utilisé pour ses munitions, nocif pour l'environnement et la santé humaine. 
Douilles de cartouches
Douilles de cartouches © FTVIASTELLA
Une autre inquiétude majeure, c'est la manière dont les billes de plomb se dispersent largement, multipliant les blessures qui ne sont pas mortelles, permettant souvent la fuite de l'animal chassé, et son agonie...
Le ministère fait état de 83,4 % d'opinion défavorable à ces arrêtés. 

Etude du ministère de la transition écologique et solidaire

Pour autant, les autorités ont décidé de faire prévaloir les raisons pour lesquelles la Corse, depuis de longues années, est un cas à part dans le domaine :
"Considérant les dommages causés par les populations de sangliers dans les départements concernés, la spécificité géographique et écologique du territoire (omniprésence du maquis) ainsi que le gain de sécurité pour les participants aux battues apporté par l'utilisation de ce type de munition, il a été décidé de conserver ces projets d'arrêtés en l'état". 

Durant trois années encore, au moins, les chasseurs corses peuvent donc de nouveau charger leur fusil à la chevrotine. 
Si, car des règles s'appliquent, la battue compte au moins sept participants, et si le nombre de grains dans la chevrotine est inférieur à 24...
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
chasse sorties et loisirs écologie