Comment la pétition pour le climat est-elle perçue en Corse ? 


Une pétition en ligne pour le climat attire de nombreux internautes. Baptisée l'affaire du siècle, elle espère rassembler deux millions de signatures. Son but : faire condamner la France en justice pour qu'elle respecte ses engagements climatiques. 

© Typahine Urtizverea / FTVIASTELLA
Quatre associations ont lancé une pétition pour le climat. Son but : rassembler deux millions de personnes pour que la France respecte ses engagements climatiques. 
Parmi les signataires : Antoine Orsini. Depuis les années 80, ce scientifique étudie l'évolution des cours d'eau notamment en Corse.

Il constate le réchauffement climatique au quotidien. « Depuis 35 ans, j’ai vu des changements dans les rivières, les lacs, de la faune, de la flore, des débits. Aujourd’hui, nos rivières peuvent rester cinq à six mois sans couler. Ça n’existait pas dans les années 1970 », déplore-t-il. 

 
Comment la pétition pour le climat est-elle perçue en Corse ?


Les associations insulaires affichent leur soutien


En moins d’une semaine, plus d’1,7 million de personnes ont répondu favorablement à la pétition pour le climat. En Corse aussi, des associations affichent leur soutien.

C'est le cas d'U Levante qui l'a notamment partagée sur son compte Facebook. Au-delà des associations de défense de l'environnement, les citoyens semblent prendre conscience de ce phénomène. « Je pense que c’est nécessaire que les citoyens français et du monde s’occupent de cette chose », estime un homme. 

 

Ces derniers mois, la Corse a subi les foudres du changement climatique. Pluies diluviennes, vent à plus de 200 km/h ou encore submersion marine, des phénomènes courts mais très violents se sont abattus sur l'île.

Autre conséquence : la chaleur printanière de ces fêtes de Noël où le mercure a grimpé jusqu'à 21 degrés.



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
climat environnement société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter