Corse : après l’Algérie, Corsica Ferries se tourne vers l’Espagne pour le fret

Publié le Mis à jour le
Écrit par P.Ph.
En février dernier, la Collectivité de Corse a été condamnée en appel par la cour administrative de Marseille à verser plus de 86 millions d'euros à la Corsica Ferries.
En février dernier, la Collectivité de Corse a été condamnée en appel par la cour administrative de Marseille à verser plus de 86 millions d'euros à la Corsica Ferries. © Speich/MaxPPP

Face à la chute du transport de passagers due à la crise sanitaire, la compagnie maritime Corsica Ferries "essaie de se développer dans d’autres activités" selon son président, Pierre Mattei.

Touchée par la crise sanitaire, Corsica Ferries "essaie de se développer dans d’autres activités", selon son président Pierre Mattei. Quelques mois après avoir développé une ligne de fret entre Toulon et l’Algérie, où la compagnie corse transporte des voitures neuves, Corsica Ferries a décidé de se tourner vers l’Espagne, et Carthagène.

Aujourd’hui, beaucoup de navires sont à l’arrêt, donc on essaie de se développer et de tester de nouvelles lignes."

Pierre Mattei, président de Corsica Ferries

Au retour de l'Algérie, les bateaux font escale dans la ville espagnole et ramènent des chauffeurs routiers et leurs camions (une trentaine lors des premiers voyages-tests) vers Toulon. "Aujourd’hui, beaucoup de navires sont à l’arrêt, donc on essaie de se développer et de tester de nouvelles lignes", précise Pierre Mattei.

Ce développement n’est encore qu’un test, pas forcément la promesse d’un gros marché, alors que la compagnie souffre de la crise sanitaire et de ses conséquences sur le tourisme. La baisse du transport de passagers est estimée entre 50 et 70 % en ce début d’année pour la compagnie maritime, tandis que sept de ses treize navires sont à l’arrêt.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.