• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ajaccio : le dispositif estival de surveillance des plages est lancé

 32 nageurs-sauveteurs sont mobilisés sur les plages d'Ajaccio. / © France 3 ViaStella
32 nageurs-sauveteurs sont mobilisés sur les plages d'Ajaccio. / © France 3 ViaStella

Depuis le 1er juillet, des équipes de nageurs-sauveteurs officient sur les plages d'Ajaccio. Avec comme objectif la prévention et l'anticipation des dangers du littoral.

Par Axelle Bouschon

La mer, le soleil et les étendues de sable doré... Les plages corses offrent un décor paradisiaque pour les baigneurs venus s'y relaxer, qui finissent même parfois par en oublier les dangers.

Alors pour pallier les risques divers que peuvent engendrer les baignades d'été, la commune d'Ajaccio a mis en place, comme tous les ans durant la période estivale, une surveillance des plages. Un dispositif assuré sur les 7 plages, du Ricantu au Grand Capo.
 

Surveillance 7 jours sur 7


Au total, ce sont 32 nageurs-sauveteurs recrutés par la ville pour la saison. Des équipes de sportifs mobilisées 7 jours sur 7, réparties sur 7 postes de secours, chacun équipé en fonction des spécifités de l'endroit.

Sur certaines plages, des patrouilles sur embarcation à moteur sont organisées pour assurer une meilleure surveillance des nageurs. Des rondes qui rassurent les baigneurs, et notamment "les parents qui ont des petits et qui ne sont pas forcément proches du poste", assure Antonin Miel-Istria, nageur-sauveteur au poste du Ricantu.

Les motifs d'intervention sont variés : des petites blessures aux piqures de vives ou de méduses, jusqu'aux malaises et noyades, les nageurs-sauveteurs doivent être attentifs à tout.

Une sécurité qui représente une somme, tout de même, pour la commune : entre "500 et 700.000 € suivant la saison, l'état de la plage, et surtout la disposition des postes mobiles" affirme Marc Leca, directeur des sports pour la ville d'Ajaccio.
 


Les nageurs-sauveteurs resteront en poste jusqu'au 1er septembre.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Corse : le tri se porte de mieux en mieux

Les + Lus