5 personnes mises en examen dans le cadre d'une enquête pour trafic d'armes sur fond de blanchiment d'argent

Lundi 22 mai, 18 personnes étaient interpellées à Ajaccio, dans la région du Valincu et sur le continent. 5 d'entre elles ont été mises en examen par un magistrat de la Juridiction interrégionale spécialisée de Marseille.

La JIRS soupçonne un mécanisme de blanchiment d'argent, qui aurait eu pour but de financer un trafic d'armes.  

Deux des cinq personnes mises en examen ont été laissées libres et placées sous contrôle judiciaire. Les trois autres ont été placées en détention provisoire. Parmi elles, Appien Coti, un restaurateur de Propriano de 33 ans. 

Son nom est également apparu récemment dans le dossier Jean-Christophe Mocchi, assassiné le 24 juin 2022 à la terrasse d'un bar de Propriano. 

Le 15 mai dernier, Appien Coti était mis en examen pour meurtre avec préméditation. 

Les deux enquêtes n'ont pas été jointes. 

Dossier "parcellaire"

L'avocate d'Appien Coti, Charlotte Cesari, dénonce la procédure. Selon elle, les conseils n'ont pas eu accès à la totalité du dossier :

"Quand mon client a été mis en examen, malheureusement, on n'a pas eu accès à l'entièreté des gardes à vue qui se sont déroulées en Corse. Cela pose un problème de loyauté et de communication, qui m'empêche de vous donner mon avis sur le dossier, puisqu'il est parcellaire". 

L'avocate a sollicité un débat différé pour son client devant le juge des libertés et de la détention. Il aura lieu en milieu de semaine prochaine.

Selon nos informations, six autres personnes devraient être présentées demain devant un magistrat de la JIRS de Marseille.