AC Ajaccio - Strasbourg : Alain Orsoni pointe la responsabilité des forces de l'ordre dans les incidents d'après-match

Publié le Mis à jour le

Une brève altercation entre supporters ajacciens et alsaciens a éclaté à la fin de la rencontre de championnat de L1. Pour les dirigeants acéistes, c'est la responsabilité des forces de police, qui auraient laissé les supporters du RC Strasbourg quitter leur tribune trop tôt.

150 supporters du RC Strasbourg avaient fait le déplacement depuis l'Alsace pour suivre la rencontre entre l'ACA et leur équipe, une rencontre à l'enjeu important, alors que les deux formations stagnent dans le bas du tableau. 

Blessés légers

A la sortie du match, après la défaite du RCS, leurs supporters ont quitté le stade, et ont croisé les supporters de l'ACA. Très vite, la tension est montée, et des projectiles ont été lancés en direction des Alsaciens. Les affrontements ont été brefs. Les Strasbourgeois ont été rapidement pris en charge par les CRS et les gendarmes mobiles, qui les ont escorté jusqu'à l'aéroport, suivis par plus d'une centaine de supporters ajacciens. 

Selon la préfecture, "six supporters et sept policiers et gendarmes ont été légèrement blessés". 

Du côté des pompiers qui sont intervenus sur place, le bilan est moins lourd. Ce sont quatre Strasbourgeois et un membre des forces de l'ordre ont été pris en charge, dans un hangar de l'aéroport d'Ajaccio, pour des blessures légères. Aucune n'a nécessité un transport jusqu'à l'hôpital. 

Les supporters ajacciens, qui tentaient, quant à eux, de rejoindre calmement leur véhicule, se sont retrouvés pris dans l'altercation, au milieu des gaz lacrymogènes. Certains se sont réfugiés dans les commerces alentours. 

Timing

Selon le directeur de la sécurité publique de Corse-du-Sud, ce serait la disposition des lieux, qui n'assurerait pas "l'étanchéité" entre le parcours qu'empruntent les supporters des locaux et des visiteurs, qui serait d'abord en cause...

On peut quoi qu'il en soit s'interroger sur les raisons pour lesquelles les deux groupes ont pu se retrouver face à face, alors que les supporters adverses, habituellement, sont laissés à l'intérieur de leur parcage jusqu'à ce que les supporters locaux aient quitté les environs. 

J'attire l’attention des autorités sur un comportement qui me semble irresponsable et dangereux.

Alain Orsoni

Il semblerait que les forces de l'ordre aient reçu pour instruction de faire sortir en premier les supporters alsaciens, en raison du caractère particulier de la soirée. En effet, le club des supporters l'Orsi Ribelli devait célébrer son anniversaire, et la durée des festivités n'était pas connue. Problème, les supporters du RC Strasbourg, pour quitter le stade, devaient passer à proximité du Wood Pub, quartier général de l'Orsi Ribelli.

Responsabilités

Alain Orsoni, l'un des dirigeants acéistes, a rendu public un communiqué de presse, où il pointe du doigt clairement la responsabilité des forces de l'ordre : 

« Au nom du club que j’ai l’honneur de représenter, j’attire l’attention des autorités sur un comportement qui me semble irresponsable et dangereux. La sécurité de l’ACA fournit tous les efforts pour se conformer aux règles et éviter tous débordements… À la fin du match, il est de rigueur de ne pas laisser sortir du stade les supporters adverses immédiatement et de les garder en tribune le temps nécessaire. Il s’agit d’éviter les incidents possibles. (Cette règle est toujours appliquée pour les déplacements de nos supporters). Or malgré nos demandes, les forces de police les libèrent immédiatement. Nous souhaitons que ce genre d’initiatives ne se renouvellent plus dans l’intérêt des personnes. Ce communiqué sera adressé par courrier à Monsieur le préfet et au responsable policier en charge ».

Une enquête de flagrance a été ouverte par le parquet d'Ajaccio, et confiée à la DDSP de Corse-du-Sud. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité