• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ajaccio : chaque jour, Claudia et son équipe cuisinent des repas pour les plus démunis 

© Lionel Luciani / FTVIASTELLA
© Lionel Luciani / FTVIASTELLA

Claudia, une Ajaccienne, cuisine et sert gratuitement des repas aux plus démunis. Accompagnée de son équipe de bénévoles, elle dresse une table tous les jours place Abbatucci. Au-delà du repas, c'est un moment de partage et d'échange et le mouvement prend de l'ampleur au fil des jours.

Par France 3 Corse ViaStella


Comme tous les soirs, Claudia et des bénévoles s’activent à monter leur stand place Abbatucci à Ajaccio. Elles s’apprêtent à accueillir leurs convives. Ils sont en difficulté financière ou sans domicile fixe. 

« Je fais des ragoûts à base de légumes. Je trouve que ça tient au ventre et c’est sain. […] Ca peut être tout et n’importe quoi, c’est comme si je cuisinais pour moi, je ne fais pas de différence », explique Claudia. 

Dans la soirée, la jeune femme sert entre 10 et 20 personnes que ce soit sur place, à emporter ou en livraison. « Ils rendent service aux gens qui sont dehors. Moi-même, j’ai été dehors, si je peux aider un peu je le fais. Je trouve que c’est une bonne initiative », estime Stéphane, ancien sans domicile fixe.

 
Seule dans sa cuisine d'Ajaccio, elle prépare des plats pour les SDF et les plus démunis
Intervenants : Claudia, la bénévole par qui tout a commencé - Stéphane, ancien sans domicile fixe - Béatrice, bénévole Florence, donatrice Equipe : Lionel Luciani, Stéphane Agostini et Fabien Bernardini
 

« Donner de la joie aux gens qui n’ont pas de quoi manger »


D’autres bénéficiaires sont des personnes âgées, seules, avec une maigre retraite. « J’ai contacté plusieurs réseaux infirmiers pour essayer de savoir qui est vraiment dans le besoin au niveau des personnes âgées pour que l’on puisse les livrer. Comme ça, tous les soirs, ou tous les midis ils ont au moins de quoi manger », indique Béatrice, une bénévole. 

L’initiative de la petite équipe de Claudia a touché de par sa spontanéité et sa simplicité. Très vite, les commerçants et les particuliers se sont joints au mouvement. « J’ai amené les restants de la boulangerie où je travaille. […] C’est pour donner du plaisir et de la joie aux gens qui n’ont pas de quoi manger », sourit Florence, une donatrice. 

Grâce aux réseaux sociaux, l’action a pris de l’ampleur. À présent, l’objectif est d’agrandir le cercle des donateurs, se constituer en tant qu’association et peut-être trouver un local. 



 

Sur le même sujet

Entretien avec François Charles, président de l'association l'Arcu

Les + Lus