• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Comment le port d’Ajaccio s’organise-t-il pour accueillir les plus gros bateaux du monde ?

Il y a quelques semaines le port d'Ajaccio a accueilli le paquebot Fantasia, l'un des plus grand au monde. / © Stéphane Lapera/FTVIASTELLA
Il y a quelques semaines le port d'Ajaccio a accueilli le paquebot Fantasia, l'un des plus grand au monde. / © Stéphane Lapera/FTVIASTELLA

Le marché des croisières est en pleine expansion depuis 10 ans. Avec près de 200 navires par an, le port d'Ajaccio s'impose comme la tête de pont de l'activité dans l'île. Une place de choix qui se mérite.

Par France 3 Corse ViaStella

Avec 319 mètres de long, le Fantasia est l’un des plus gros paquebots du monde. À son bord, 4 500 passagers venus de Russie, d’Italie ou encore des États-Unis à la recherche de soleil et de découverte. Il y a quelques semaines, le navire a fait escale dans la baie d’Ajaccio.

Avant que le Fantasia puisse accéder au quai, Jean-Baptiste Giacomoni, pilote du port, monte sur le bateau. « Je vais manœuvrer en sécurité avec le commandant pour le mettre à son poste à quai à Ajaccio », explique-t-il.

Assister la manœuvre, accompagnement au quai, amarrage, tous ces moments sont cruciaux. « Sans le niveau d’expertise que nous avons aujourd’hui, on ne pourrait pas prétendre à l’activité croisière à laquelle nous avons le droit actuellement à Ajaccio », précise Marie-Louise Guidicelli, directrice des ports.

Équipement adéquat


Pour accueillir ces géants des mers, il faut aussi des équipements. À son arrivée, le Fantasia a inauguré une nouvelle borne d’amarrage.


Comment le port d’Ajaccio s’organise-t-il pour accueillir les plus gros bateaux du monde ?
Intervenants : Jean-Baptiste Giacomoni, pilote du port d'Ajaccio ; Marie-Louise Guidicelli, directrice des ports ; Stéphane Vallette, responsable des travaux à la chambre de commerce et d’industrie d’Ajaccio. Reportage : Marie-Françoise Stefani ; Stéphane Lapera ; Mattea Luccioni.


Elle a été réalisée par une entreprise locale pour la somme de 500 000 euros et a été financée par la chambre de commerce. « Ça permet de sécuriser l’amarrage. […] C’est un équipement qui dans l’ensemble participe au bon fonctionnement du port », commente Stéphane Vallette, responsable des travaux à la chambre de commerce et d’industrie d’Ajaccio.

Chaque année, le port d’Ajaccio accueille près de 200 navires.



A lire aussi

Sur le même sujet

Centre d’enfouissement de Prunelli di Fium’Orbu, dialogue de sourds

Les + Lus