TÉMOIGNAGE CORONAVIRUS : sorti du coma, un rescapé du service réanimation de l'Hopital d'Ajaccio témoigne

Georges Betti en sortant du service réanimation / © Réanimation CHAjaccio 31/03/20
Georges Betti en sortant du service réanimation / © Réanimation CHAjaccio 31/03/20

Georges Betti, 57 ans est officiellement le premier rescapé du service réanimation du centre hospitalier d'Ajaccio. Après des jours de coma artificiel et de traitement, il vient tout juste de libérer sa chambre. Actuellement, pris en charge dans le secteur COVID-19 de l'hopital, il témoigne...

Par Lionel Luciani et Pierre Simonpoli

Au lendemain de sa sortie du service réanimation de l'hôpital d'Ajaccio où il avait été placé en coma artificiel pendant plusieurs jours, Georges Betti raconte.  Il livre un témoignage rempli d'espoir et de reconnaissance envers le personnel médical. 

 

 j’étais en train de voltiger dans le ciel, je devais mourir… Et si la réa n’était pas là pour me réveiller, je pense qu’en ce moment je ne serais pas la en train de parler avec vous.

 
Georges Betti à sa sortie du service réanimation de l’hôpital d’Ajaccio le 31 mars. / © @RéanimationCHAjaccio
Georges Betti à sa sortie du service réanimation de l’hôpital d’Ajaccio le 31 mars. / © @RéanimationCHAjaccio

À 57 ans il est le premier patient ayant contracté une forme grave de coronavirus à sortir de ce service.
 


Placé sous respirateur pendant deux semaines



Georges Betti ne se souvient pas de tout mais il sait qu'il doit sa vie aux personnels soignants:

"Je suis resté je crois 12 ou 14 jours, c’est un peu confus dans ma tête, toutes les machines étaient branchées…

À certains moments, il y a peut-être des gens qui ne vont pas y croire mais j’étais en train de voltiger dans le ciel, pour moi ça voulait dire que je devais partir… Je devais mourir… Et si la réa n’était pas là pour me réveiller, je pense qu’en ce moment je ne serais pas la en train de parler avec vous."

 


Un père décédé du Coronavirus



Dans la famille de Georges Betti ils sont nombreux à avoir contracté le Coronavirus. Son père Fiorello Betti est décédé le 9 mars dernier du Covid 19 à l'hôpital d'Ajaccio.
 

Mon père est mort de ça, il n’a pas été décelé tout de suite mais avec des recherches approfondies, ils se sont aperçus qu’on avait tous le coronavirus.


Âgé de 89 ans et proche de personnes de retour du rassemblement évangéliste de Mulhouse Fiorello Betti a été la première victime décédée du cluster d'Ajaccio.

 

Testé plusieurs fois négatif avant d'être décelé positif



Avec la confirmation que son père était porteur du coronavirus, Georges Betti et toute sa famille ont été dépistés à plusieurs reprises:

"Je suis passé 4 fois négatif et mon frère 4 fois négatif aussi. Ça prouve que c’était pas vraiment très approfondi. Ensuite ce sont les soignants qui s'en sont rendus compte  en regardant l’état de mes poumons.

Ils m’ont dit "vous êtes positif. Le seul moyen c’est de vous mettre en comas puis de vous réveiller au bout de 10/12 jours et voir ce qu’on peut faire." "

 


Un à deux mois de convalescence 



Si Georges Betti est sorti sain et sauf du service il estime que le temps de convalescence sera assez long:

"je pense qu'il me faudra 1 ou 2 mois. Il y a trop de trucs à faire dans mon cas. J'étais dans le coma. Je ne sais pas marcher, je ne sais pas tenir l’équilibre, il me faudra encore beaucoup de temps"



Un message d'espoir et d'amour pour les personnels soignants



"Lorsque vous rentrez dans la réa ils s’occupent de vous de A à Z, ce sont des personnes qui sont vraiment très attentionnées et qui ne pensent qu’à leur travail : à sauver des vies humaines."

Durant les 10 minutes où nous avons pu nous entretenir avec lui, le patient rescapé n'a cessé de rendre hommage aux personnels du service réanimation du centre hospitalier d'Ajaccio.

 

Pour le moment je ne vais pas encore très bien, mais le jour où ça va aller mieux on ira manger tous ensemble avec la réa !


Georges Betti a voulu conclure par un message d'espoir en rendant hommage à ceux qui l'ont sauvé:

"Je les embrasse toutes, et leur famille faut qu’elle continue, car c’est vraiment une grande famille. Elles se prennent pour des sœurs et elles ont raison il n’y a que comme ça qu’on arrivera à tuer ce virus… Ce virus qui est un virus de merde. Excusez-moi si je parle mal, mais c’est un virus de merde !"
 

 

Son témoignage filmé en intégralité


Son témoignage est à retrouver en intégralité dans cette vidéo:
 

Depuis l'unité COVID du 4ème étage de l'hôpital d'Ajaccio, Georges Betti nous raconte dans cette vidéo ses symptômes, la difficulté d'être isolé des siens et beaucoup d'autres choses sans retenue avec émotion et sobriété.

 

Sur le même sujet

Les + Lus