Corse-du-Sud : le montant des fraudes constatées, pour 2018, s’élève à 4,4 millions d’euros 

© Lionel Luciani / FTVIASTELLA
© Lionel Luciani / FTVIASTELLA

Ce mardi 5 février, le comité opérationnel départemental anti-fraude de Corse-du-Sud a présenté son bilan annuel. Montant des fraudes constatées pour l’année 2018 : 4,4 millions d’euros. Un chiffre en constante augmentation. 

Par France 3 Corse ViaStella

4,4 millions d'euros, c'est le montant des fraudes constatées par le Codaf (comité opérationnel départemental anti-fraude) en Corse-du-Sud. Animé par la préfecture et le procureur d'Ajaccio, le comité a présenté ce mardi 5 février son bilan annuel.

On note, au fil des années, une croissance importante du nombre de contrôles. Il y a cinq ans, la somme n'atteignait pas un million d'euros.

Pour les représentants, les résultats sont satisfaisants. " Les résultats sont au rendez-vous dans les priorités que nous avons fixées en 2018 et qui vont être reconduites en 2019. À savoir : le domaine agricole, l'urbanisme et l'occupation du domaine public maritime nonobstant les contrôles habituels dans le cadre du travail illégal", indique Josiane Chevalier, préfète de Corse. 

 
Corse-du-Sud : le montant des fraudes, pour 2018, s’élève à 4,4 millions d’euros 
Intervenants - Josianne Chevalier, Préfète de région ; Eric Bouillard Procureur de la République. Equipe - Lionel Luciani ; Franck Rombaldi ; Jean-Paul Valentini ; Vanessa Alfonsi.
 

Actions conjointes


Le Codaf regroupe plusieurs services de l'État. Il agit thématiquement : dans le domaine de l'agriculture, notamment l'attribution des primes aux exploitants, comme en novembre dernier, avec une campagne massive de contrôle, cet été également, à Palombaggia, dans le cadre d'abus sur le domaine public maritime, ou encore à l'abattoir de Cozzano, fermé en janvier 2018, suite à de multiples infractions.

Ces contrôles sont le résultat d'enquêtes préalables et sont suivis dans la majeure partie de procédures judiciaires."On a cette progression continue depuis plusieurs années à la fois en sommes concernées, mais en même temps en nombre de contrôles et en qualité du contrôle puisqu'on est à une centaine de contrôles communs, c'est-à-dire intéressant à la fois un service de police ou de gendarmerie et les administrations spécialisées", souligne Éric Bouillard, procureur de la République d'Ajaccio. 

Pour 2019, les priorités sont inchangées et les champs d'action sont les mêmes. Le Codaf a pour ambition d'intensifier les contrôles, en particulier concernant le travail illégal. 


 

Sur le même sujet

Municipales 2020 : Entretien avec Paul-Félix Benedetti, chef de file de Core in Fronte

Les + Lus