#InCasa : Que lire, que regarder pendant le confinement ? Les conseils de nos invités très spéciaux (Episode 17)

Chaque jour, des auteurs, corses, continentaux ou internationaux, des acteurs culturels, et des anonymes, concoctent un conseil pour nos internautes. Aujourd'hui, l'auteur ajaccien a choisi Notes sur le cinématographe de Robert Bresson. 

L'écrivain ajaccien Julien Battesti a choisi l'ouvrage du metteur en scène Robert Bresson
L'écrivain ajaccien Julien Battesti a choisi l'ouvrage du metteur en scène Robert Bresson © Gallimard

Le conseil de Julien Battesti :

"Robert Bresson est un de mes écrivains préférés, bien qu'il soit cinéaste et qu'il n'ait écrit qu'un petit livre intitulé Notes sur le cinématographe.

Celles-ci peuvent se lire à la fois comme un recueil de conseils et comme le récit fragmenté d'une expérience mystique, celle de la vision créatrice :
Bresson parle de la
“force éjaculatrice de l'oeil”.
 
Florence Delay dans Le procès de Jeanne d'Arc, film de Robert Bresson de 1962
Florence Delay dans Le procès de Jeanne d'Arc, film de Robert Bresson de 1962 © DR

C'est une oeuvre lumineuse, talismanique, située quelque part entre les Apophtegmes des Pères du désert et les Oblique Strategies de Brian Eno.
Chaque aphorisme y opère avec un dosage précis de lenteur et de rapidité, comme un pickpocket dans la nuit.


Le coup ne rate jamais.

Ouvrez le livre à n'importe quelle page et lisez une phrase au hasard : miracle, elle vient d'être écrite pour vous.

“Rien dans l'inattendu qui ne soit attendu secrètement par toi.”
 
L'affiche d'Un condamné à mort s'est échappé, prix de la mise en scène au Festival de Cannes (1956)
L'affiche d'Un condamné à mort s'est échappé, prix de la mise en scène au Festival de Cannes (1956) © DR


Dans la préface, rédigée par un écrivain célèbre, on trouve ce cliché littéraire qui veut toujours que les notes soient “jetées”.
De celles de Bresson, on pourrait plutôt dire qu'elles sont projetées à la manière de ses films, dont elles prolongent l'art du montage sonore.

Car il faut également entendre “notes” au sens musical. Un fragment sur Debussy donne l'indice :

“Debussy jouait lui-même avec le piano fermé.”

De même, Bresson a-t-il continué ici son oeuvre cinématographique sans caméra, sans décors, sans rien d'autre que ses notes.

Il n'est pas nécessaire d'avoir vu ses films pour lire les Notes sur le cinématographe.
Elles s'adressent à tous les condamnés à mort qui veulent s'échapper."


Julien
 
Julien Battesti
Julien Battesti © DR


Julien Battesti, la bio :
Julien Battesti, à l'âge de 34 ans a publié en octobre dernier L'imitation de Bartleby dans la prestigieuse collection L'Infini, chez Gallimard. Une belle reconnaissance pour cet ouvrage d'une remarquable érudition, et d'une grande originalité. 


 

► Retrouvez la biliothèque du confinement
conseillée par les ivités de France 3 Corse :


- DANIEL DELORME 
Le comte de Monte-Cristo d'Alexandre Dumas
 
Daniel Delorme, comédien et grand amateur d'Alexandre Dumas
Daniel Delorme, comédien et grand amateur d'Alexandre Dumas © DR
 

- LAURENT CHALUMEAU
Le maître de Ballantrae de Robert-Louis Stevenson
 
Pour Laurent Chalumeau, un seul mot d'ordre, "vive le hasard. Et de la nécessité faisons donc une vertu. Lisons donc certains livres qu’autrement nous n’aurions jamais lus.
Ceux qu’on a. Ceux qui sont là."
Pour Laurent Chalumeau, un seul mot d'ordre, "vive le hasard. Et de la nécessité faisons donc une vertu. Lisons donc certains livres qu’autrement nous n’aurions jamais lus. Ceux qu’on a. Ceux qui sont là." © Raphaël Poletti

 

- LORY MASSEY 
nous parle de 
Le Lion de Jospeh Kessel
 
La libraire bastiaise a choisi Le Lion, de Joseph Kessel, aux éditions Gallimard
La libraire bastiaise a choisi Le Lion, de Joseph Kessel, aux éditions Gallimard © Sébastien Bonifay
   
- JACKY SCHWARTZMANN
Chernoby et Vinyl sur HBO
 
Les choix de séries de Jacky Schwartzmann sont à l'image de ses livres : d'un humour noir féroce et revigorant
Les choix de séries de Jacky Schwartzmann sont à l'image de ses livres : d'un humour noir féroce et revigorant © Hermance Triay
 
 
-MARC BIANCARELLI
La route de Cormac McCarthy
 
Marc Biancarelli a choisi La Route, de Cormac McCarthy, aux éditions de l'Olivier
Marc Biancarelli a choisi La Route, de Cormac McCarthy, aux éditions de l'Olivier © Marc Biancarelli, le maverick des lettres corses, image Jean-François Celli
 
Avoir le temps, pour une fois...
La phrase que les libraires, les bibliothécaires et les écrivains entendent le plus souvent, c'est "J'adore lire, mais j'ai jamais le temps !". 
Maintenant, et pour quelques jours au moins, nous l'avons. 
Vous êtes chez vous, et vous avez regardé mille fois tous les épisodes de Friends. 
Que l'on soit grand lecteur, lecteur occasionnel, ou pas du tout lecteur, c'est le moment où jamais de tenter des choses, de sortir de sa zone de confort, de prendre le temps de regarder des films, d'écouter des disques, de lire des livres, ceux qu'on laisse de côté, qu'on garde pour plus tard sans jamais y aller, ou dont on est persuadés qu'ils ne sont pas pour nous. 
Avoir le temps de lire, pour une fois.
Le risque, c'est celui d'avoir perdu quelques heures qui, de toute manière, ne vous manquent pas, si par malheur ça ne vous plaît pas.
Le pari, c'est de passer quelques heures formidables qui vous divertiront, vous ferons rire, bousculeront vos certitudes, vous ferons faire un pas de côté, et voir les choses un peu autrement. 
Ca vaut le coup d'essayer. 
On a demandé à des écrivains, des libraires, des artistes, des bibliothécaires de choisir un livre pour les Corses confinés chez eux, et de nous dire, en quelques mots, pourquoi ce choix. 
Et tous ont répondu favorablement. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus : envie d'évasion santé société littérature culture livres
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter