Justice : un homme jugé 22 ans après un attentat revendiqué par le "FLNC des Anonymes"

Le procès de Dominique Renucci se déroule jusqu'à ce vendredi devant la cour d'assises spéciale de Paris. Âgé de 57 ans, l'homme comparaît pour l'attentat perpétré en 2001 contre la caserne de CRS de Furiani. Cette action avait été revendiquée par le "FLNC des Anonymes". L'accusé nie les faits qui lui sont reprochés.

Depuis ce mardi 5 décembre, Dominique Renucci est jugé par la cour d'assises spécialement composée de Paris pour des faits remontant au 6 juillet 2001.

L'homme est accusé d'avoir participé à l'attentat contre la caserne de CRS de Furiani, en construction à l'époque. Le bâtiment avait été en partie détruit par une explosion revendiquée par le "FLNC dit des Anonymes".

Dans un premier temps, en 2007, quatorze personnes suspectées d'avoir appartenu à cette organisation clandestine avaient été condamnées par la cour d'assises de Paris. Ils avaient écopé de peines allant d’un an à douze ans de prison ferme pour des attentats commis dans l'île en 2001 et 2002.

Lors de ce premier procès, Dominique Renucci n'avait pu être jugé avec ces derniers pour raisons de santé. Il comparaît donc cette semaine, pour "association de malfaiteurs", vingt-deux ans après l'attentat contre la caserne de CRS de Furiani.

Désormais âgé de 57 ans, l'homme nie totalement les faits qui lui sont reprochés, contestant toute implication dans cette affaire.

Aucun élément matériel ne le relie à ce dossier dans lequel deux coaccusés l'avaient désigné comme étant présent lors de l'attentat du 6 juillet 2001. L'un est aujourd'hui décédé, l'autre est revenu sur ses précédentes déclarations devant le juge d'instruction.

Le verdict doit être rendu ce vendredi 8 décembre.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité