"On s'en prend à nous parce qu’on est les premiers interlocuteurs" : une campagne de sensibilisation contre les violences faites aux professionnels de santé

Chaque jour, en France, 65 professionnels de santé subissent des insultes ou des agressions. Praticiens hospitaliers, libéraux ou pharmaciens doivent faire face à des patients ou des proches parfois violents. Face à ce phénomène croissant, une campagne nationale alerte la population et un dispositif est expérimenté depuis un an aux urgences de l'hôpital d'Ajaccio.

Aux urgences, le quotidien des soignants est aussi rythmé par la médiation avec les familles.

L’attente peut parfois être longue, générer des inquiétudes, et dans certains cas, l’énervement. 

Pour Léa Gimenez, infirmière au centre hospitalier d’Ajaccio depuis deux ans, les violences font partie du quotidien :“Ce sont souvent plus des paroles que des gestes, des gens qui s’impatientent et qui s’en prennent à nous parce qu’on est les premiers interlocuteurs.”

Nouveau poste

Pour soulager les équipes, l'hôpital a créé un nouveau poste il y a un an.

Les soignants ont appris à travailler avec une assistante d’accueil des familles. Julia Pirilli Piredda filtre tous les appels qui étaient jusqu’à présent traités directement par les soignants.

Son rôle : rassurer pour éviter les débordements. “On a entre 150 et 180 appels quand il y a beaucoup de flux aux urgences. Cela soulage l’équipe, car quand les soignants sont dans les boxes et qu'ils s'occupent des patients, c'est compliqué pour eux de répondre au téléphone, cela permet aussi aux familles d’avoir beaucoup plus de renseignements.”

En plus des appels, elle est en lien étroit avec les familles présentes à l’hôpital.

"Le délai d’attente est le précurseur de ces agressions"

Mais pour Vannina Ogliastro, responsable des urgences, il faut aussi sensibiliser les patients. "La société change, c’est le tout, tout de suite. Mais on ne peut pas prendre en charge tout le monde en même temps, il y a un degré de priorité qui est établi, le délai d’attente est le précurseur de ces agressions."

C’est justement pour changer le comportement des patients que le gouvernement a lancé cette campagne au niveau national.

L’année dernière, 20 000 signalements de violence sur les personnels de santé ont été recensés en France.

Retrouvez le reportage de Lisa GAMONET et Mathias LANDRY :

durée de la vidéo : 00h02mn11s
Une campagne de sensibilisation contre les violences faites aux personnels de santé ©L. Gamonet - M. Landry / FTV