Processus d'autonomie : Gilles Simeoni a rencontré Gérald Darmanin à Paris

Hier à Paris, Gilles Simeoni s'est entretenu avec Gérald Darmanin sur le processus d'autonomie. Ce mercredi, lors d'une réunion, le président de l'exécutif a fait part du contenu de son entretien avec le ministre de l'Intérieur aux représentants des groupes de l'Assemblée de Corse. Un premier texte pourrait être présenté fin février dans l'hémicycle du cours Grandval.

Après le dîner organisé la semaine dernière à Beauvau par Gérald Darmanin, les discussions autour du processus d'autonomie se poursuivent. 

Mardi 13 février, le ministre de l'Intérieur s'est entretenu avec Gilles Simeoni. Le président de l'exécutif, qui avait décliné l'invitation du ministre au repas du 7 février, s'est cette fois rendu à Paris.

Selon nos informations, l'entretien qui a eu lieu hier après-midi aurait duré une heure et demie.

Ce mercredi 14 février, lors de la conférence des présidents - qui se réunit chaque semaine dans le cadre du projet d'autonomie -, Gilles Simeoni a fait part aux représentants des quatre groupes de l'Assemblée de Corse, ainsi qu'à la présidente Marie-Antoinette Maupertuis, du contenu de ses échanges avec Gérald Darmanin.

À l'issue de cette réunion, aucun élu - à part Valérie Bozzi - ne s'est exprimé au nom de sa formation politique. En fin de journée, un communiqué - validé par chaque groupe - a été envoyé aux médias : 

"La conférence des présidents a également pris acte du fait que le ministre a confirmé en cette occasion l’intention du Gouvernement de soumettre le projet de révision constitutionnelle consacrée à la Corse au vote de l’Assemblée nationale et du Sénat avant la fin du premier semestre 2024, indique le texte. "Ce calendrier est conforme à celui proposé par le Président de la République lors de son discours devant l’Assemblée de Corse, le 28 septembre 2023".

Le reportage de Dominique Moret et Lionel Luciani : 

durée de la vidéo : 00h02mn16s
©D. Moret - L. Luciani - F. Bernardini

Fin septembre, lors de sa venue en Corse, Emmanuel Macron avait en effet donné six mois aux élus insulaires pour trouver un consensus concernant le processus d'autonomie.

"Dans le respect du délai ainsi proposé et de la délibération "Autonomia" votée à une très large majorité par l’Assemblée de Corse le 5 juillet 2023, la conférence des présidents a travaillé à la recherche d’un accord politique exprimant et intégrant les attentes essentielles de chaque groupe de l’Assemblée de Corse, et respectueux du fait majoritaire", précise le communiqué de la Collectivité de Corse.

Selon nos informations, lors de sa réunion avec Gilles Simeoni, Gérald Darmanin aurait fait valoir un certain nombre de griefs : pas de vote des députés du groupe Liot pour la loi immigration et pas de condamnation politique après l’intrusion de militants de Core in Fronte dans la maison du ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, à Centuri.

"La conférence des présidents, informée que le ministre Gérald Darmanin avait indiqué que le Gouvernement entendait passer dès la fin du mois de février à la phase de rédaction du texte qui sera soumis au vote du Congrès, prend acte de cet objectif."

Communiqué de la conférence des présidents

Toujours selon nos informations, le pensionnaire de Beauvau aurait également pointé un certain retard sur le calendrier du processus. Une manière de dire que, pour lui, les travaux des élus insulaires ne vont pas assez vite.

"La conférence des présidents, informée par le président du Conseil exécutif que, lors dudit entretien, le ministre Gérald Darmanin avait indiqué que le Gouvernement entendait passer dès la fin du mois de février à la phase de rédaction du texte qui sera soumis au vote du Congrès, prend acte de cet objectif", est-il écrit dans le communiqué. Aussi, la conférence des présidents a décidé qu’elle présentera avant cette échéance le résultat de ses travaux à l’Assemblée de Corse et aux différents élus composant la délégation du processus entre la Corse et l’État, avant de les transmettre au ministre de l'Intérieur et des Outre-Mer et, bien sûr, au Président de la République."

Un premier rapport pourrait donc être présenté à l'ensemble des conseillers territoriaux lors de la prochaine session de l'Assemblée de Corse, fin février. 

L’idée serait d’arriver à un accord sur l’article ou le titre de la Constitution, voire le préambule de la loi organique. Cette méthode permettrait de renvoyer à plus tard les points de crispation secondaires.

"Nous avons un timing qui est serré, explique Valérie Bozzi, coprésidente du groupe Un soffiu Novu. Six mois, il est vrai que c'est court pour trouver cet accord. Mais nous sommes en passe d'y arriver. [...] Il reste le sujet du pouvoir législatif qui reste un sujet de discussions au sein du groupe (de droite, ndlr) et qui demande à être approfondi dans le cadre de la conférence des présidents, à savoir exactement ce qu'on mettrait dans ce pouvoir qui serait transféré."

Le ministre en Corse fin février ?

Cette conférence des présidents s'est déroulée une semaine après le dîner organisé à Beauvau par le ministre de l'Intérieur. Seuls le député Laurent Marcangeli et le conseiller territorial Jean-Christophe Angelini avaient répondu favorablement à l'invitation de Gérald Darmanin. Gilles Simeoni l'avait quant à lui déclinée.

Hier, lors d'une conférence de presse, Jean-Christophe Angelini a affirmé qu'il "n'y avait rien de répréhensible dans ce dîner parisien". "Gérald Darmanin nous a dit sa vision du processus, nous lui avons confirmé la nôtre", a indiqué le président du groupe Avanzemu. 

Non convié au dîner, Core in Fronte avait pointé dans un communiqué une "manœuvre, en souterrain, pour mettre en place une autre délibération" que celle votée le 5 juillet à l'Assemblée de Corse.

Après avoir reporté sa visite initialement prévue les 7 et 8 février, Gérald Darmanin pourrait, selon nos informations, se rendre dans l'île à la fin du mois. 

Concernant le dossier corse, une communication du ministre de l’Intérieur pourrait d'ailleurs intervenir dans les prochains jours.