Trottinettes en libre-service à Ajaccio : trois mois pour convaincre

Les trottinettes électriques en libre-service ont fait leur apparition à Ajaccio fin août. Si ce mode de transport plus écologique séduit les habitants de certaines grandes villes, dans la cité impériale les avis divergent. 

70 trottinettes électriques en libre-service sont disponibles à Ajaccio depuis fin août.
70 trottinettes électriques en libre-service sont disponibles à Ajaccio depuis fin août. © Eric Piermont / AFP
Depuis une quinzaine de jours, Ajaccio dispose d’un nouveau moyen de transport plus vert : la trottinette électrique en libre-service.

30 engins, répartis sur sept sites de stationnement alloués par la municipalité et la communauté d’agglomération du pays ajaccien, sont ainsi disponibles à la location entre 7h et 21h en semaine et jusqu’à minuit le week-end.

Des engins gérés par la société Epiù qui a développé un modèle inédit. Alors que dans les grandes villes le ramassage et la recharge des trottinettes sont confiées à des autoentrepreneurs, Epiù mise sur la création d’emplois. 

"Nous avons recruté quatre opérateurs à temps plein en CDI", précise Jonathan Tastevin, un des co-fondateurs d'Epiù. Fait unique en France, dès la location d’un véhicule, l’utilisateur est assuré automatiquement par un assureur partenaire de l'entreprise.  

"J'ai failli être renversée"


Si, pour l’instant, l’utilisation de ces trottinettes semble être acceptée par tous, dans le quartier du Casone, quelques voix dénoncent néanmoins des nuisances.

"Ce sont des adolescents, souvent à plusieurs sur la trottinette, qui font des allers-retours permanents entre le Cours Napoléon et le Casone. Ils vont très vite et ils utilisent tout le temps la sonnette", déplore Dominique une habitante du quartier.
Elle continue : "Dimanche soir, je sortais mon chien et un jeune a failli nous renverser au niveau d’un passage piéton. Il était en train de faire la course avec un ami."

Jonathan Tastevin, lui, se veut rassurant. Il assure que ses opérateurs sont tous les jours sur le terrain et sensibilisent les utilisateurs au respect des bonnes pratiques. "Nous proposons aussi un tuto sur notre application", souligne-t-il. 

Selon lui, si les jeunes jouent avec les trottinettes, "c'est rassurant pour l'avenir." Car ces adolescents auront peut-être le réflexe de se tourner vers ce mode de transport plus écologique une fois adulte. "On impacte le futur grâce au loisir", estime le co-fondateur d'Epiù. 

Un usage encadré par des règles strictes

La mairie, elle, entend les remarques de Dominique et s’attend à en recevoir d’autres.

"Il n’y a pas de raison qu’on y échappe. Cela a été le cas dans toutes les villes où des trottinettes ont été installées", souligne Charles Dominici, directeur général adjoint en charge de la proximité à la municipalité d’Ajaccio.

Pour l’instant aucune plainte n’a été enregistrée. Charles Dominici se veut rassurant : le déploiement des trottinettes dans la cité impériale est "encadré par des règles strictes". Et il s'agit d'une expérimentation de trois mois.

"La vitesse des engins est bridée à 25km/h et certaines zones de la ville sont interdites comme la Rue Fesch, exclusivement piétonne. Nous avons aussi exigé que le stationnement entre deux clients ne se fasse pas sur n’importe quel trottoir pour ne pas se retrouver comme dans certaines grandes villes avec des trottinettes laissées à l’abandon", soutient le directeur général adjoint en charge de la proximité.

Question sécurité, la municipalité s’en remet au cadre réglementaire national et compte, dans un premier temps, sur la police nationale pour le faire respecter.

À la fin des trois mois d’essai, une évaluation sera réalisée pour convenir de la suite à donner aux trottinettes ajacciennes.

Si les services d’incendie et de secours de la Corse-du-Sud déclarent avoir peu de recul sur ce mode de transport, aucun accident n’a été enregistré pour l’heure. Depuis son lancement du dispositif, 10.000 trajets ont été effectués. 
 
Trottinettes : ce que dit la loi
L'utilisateur doit circuler sur les pistes cyclables. En l'absence de pistes cyclables, il peut circuler :
  • sur les routes dont la vitesse maximale autorisée est de 50 km/h,
  • sur les aires piétonnes, à condition de rouler à une allure modérée (6 km/h) et de ne pas gêner les piétons.
La circulation sur les trottoirs est interdite, sauf si le maire l'autorise. Dans ce cas, l'utilisateur doit circuler à une allure modérée (6 km/h) et ne pas gêner les piétons.

Le stationnement sur les trottoirs est autorisé, à condition de ne pas gêner les piétons. Toutefois, le maire peut décider de l'interdire.

L'utilisateur doit être âgé d'au moins 12 ans et rouler à une vitesse maximum de 25 km/h. L'engin ne peut pas transporter plusieurs personnes en même temps.
Le conducteur doit se vêtir d'un équipement rétro-réfléchissant en cas :
  • de circulation la nuit
  •  de visibilité insuffisante la journée.
Depuis le 1er juillet 2020, l'engin doit être équipé d'un système de freinage, d'un avertisseur sonore, de feux (avant et arrière) et de dispositifs réfléchissants arrière et latéraux.

L'utilisateur d'une trottinette électrique (y compris les trottinettes en libre service) a l'obligation d'avoir une assurance responsabilité civile. Cette assurance couvre les dommages causés à autrui (blessure d'un piéton, dégâts matériels sur un autre véhicule, ...).

Il est recommandé de contacter son assureur pour, par exemple, adapter son contrat d'assurance habitation ou souscrire un contrat d'assurance spécifique.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie transports urbains écologie environnement