Cargèse : autorisation d'occupation temporaire accordée pour deux paillotes de la plage du Pero

Soulagement pour les propriétaires de deux paillotes de la plage du Pero à Cargèse. Après plusieurs mois de procédure avec la préfecture, ils viennent d'obtenir leur autorisation d'occupation temporaire du domaine public.

À Cargèse, pour la première fois en 20 ans, deux des trois paillotes de la plage du Pero, Laetitia et A Piaghja, ont débuté leur saison sans autorisation d'occupation temporaire (AOT) du domaine public.

Accordé habituellement au mois de février pour une période de six mois – entre le 1er mai et le 30 octobre- le document n'a pas été délivré par les services de l'État. Mais le 18 juin, alors que les exploitants ont débuté leur activité depuis quelques semaines, un arrêté préfectoral leur interdit l'ouverture au motif de trouble à l'ordre public. La commune n'ayant pas de plan local d'urbanisme, il revient au préfet de statuer.

Les deux gérants déposent alors un recours pour excès de pouvoir. Un contrôle est organisé dans les deux établissements lors duquel plusieurs infractions sont constatées. Le préfet saisi la justice en référé d'expulsion avec la menace d'une astreinte de 2.000 euros par jour. Les exploitants sont convoqués au tribunal administratif de Bastia le 11 août.

Mais deux jours avant l'audience, une réunion est organisée à la préfecture d'Ajaccio après un recours gracieux des professionnels. Après des discussions avec le secrétaire général de la préfecture de Corse-du-Sud, un accord, comprenant notamment une réévaluation des espaces exploités, est trouvé. Le référé d'expulsion est retiré par la préfecture et les AOT accordés. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société aménagement du territoire environnement