Cet article date de plus de 4 ans

Corse du Sud - Des eaux usées déversées en plein maquis

Dans le Sartenais, l'association Acqua Per Tutti réclame des moyens pour traiter les eaux usées. La loi interdit les rejets à ciel ouvert, pourtant les égouts se déversent encore en plein maquis, comme nous avons pu le constater...
Charles Tomasini, président de l'association "Acqua par tutti"; Marie-Antoinette Carrier, maire d'Arbellara; Marc Vesperini, habitant de Sainte Marie Figaniella ©France 3 Corse ViaStella

En dépit du code de l'environnement, certaines communes déversent leurs eaux usées en plein maquis. C’est le cas d’Arbellara, une petite commune d’une centaine d’habitants, située à 10 km de la station balnéaire de Propriano.

Sur un terrain privé, une canalisation sort à ciel ouvert et laisse s’épandre les eaux usées du village au cœur du maquis.

La communauté de commune du Sartenais Valinco assure ne pas pouvoir régler le problème dans l'immédiat.

Pourtant, les administrés payent bien une taxe d'assainissement, 1,70 euros par m3 d'eau usée. C'est plus par exemple que les habitants d'Olmeto village qui disposent eux d'une station d'épuration.

L’incident n’est pas isolé. A Sainte-Marie Figaniella, autre village du sartenais, c’est aussi en pleine nature que se déverse les égouts du village, avec un risque sanitaire encore plus évident. Car en contre-bas, il y a un point de captage d'eau potable.

La loi interdit pourtant le rejet d'eaux usées dans la nature. Le président de la Communauté de communes du Sartenais Valinco, compétent pour l'assainissement, assure que des projets de station d'épuration sont en cours pour ces deux communes, mais qu’ils piétinent faute de financeurs.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement santé société