Assassinat de Jean Livrelli : trois mises en examen pour assassinat en bande organisée et association de malfaiteurs

Guy Orsoni, Antone Moretti et Olivier Demonte ont été mis en examen pour assassinat en bande organisée et association de malfaiteurs dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de Jean Livrelli en août dernier. Sept personnes ont été interpellées dans ce dossier lundi.

Jean Livrelli, a été tué par balle sur la route du Val d’Ese, sur la commune de Bastelica, jeudi 23 août. Une voiture calcinée, contenant deux armes, a également été retrouvée.
Jean Livrelli, a été tué par balle sur la route du Val d’Ese, sur la commune de Bastelica, jeudi 23 août. Une voiture calcinée, contenant deux armes, a également été retrouvée. © France 3
Les investigations menées par la JIRS de Marseille, dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de Jean Livrelli, ont conduit à sept interpellations lundi 16 décembre. Parmi les personnes interpellées, plusieurs sont fichées au grand banditisme, et certaines d'entre elles sont incarcérées.

Les gardes à vues de ces dernières se sont terminées ce vendredi 20 décembre, et ont conduit à la mise en examen d'Olivier Demonte pour assassinat en bande organisée et association de malfaiteurs. Il s'agit de la troisième mise en examen dans ce dossier après Guy Orsoni et Antone Moretti jeudi, pour les mêmes chefs d'inculpation. 


► Le reportage sur les mises en examen
Assassinat de Jean Livrelli : trois mises en examen pour assassinat en bande organisée


L'avocat de Guy Orsoni, Me Camille Romani a tout de suite réagi : « Alors même qu’il est acquis en procédure qu’au moment des faits, il se trouvait à des centaines de kilomètres du lieu du drame, Guy Orsoni a été mis en examen du chef d’assassinat en bande organisée et d’association de malfaiteurs. Le juge d’instruction a préféré donner foi à un renseignement anonyme, le désignant en qualité de commanditaire. »
 

Rappel des faits


La mort de Jean Livrelli, le 23 août 2018, avait marqué les esprits en Corse. L'ancien garagistre, retraité depuis quelques temps, rejoignait à l'aube des amis à la sortie de Bastelica quand sa voiture était prise pour cible par un ou deux tireurs. 

Quelques minutes plus tard, il décédait de ses blessures. 

Très vite, la piste de l'erreur a été privilégiée par les enquêteurs. Un homme connu des services de police et possédant la même voiture que Jean Livrelli, vivait ainsi également à Bastelica. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société