Loto du patrimoine : l’histoire de la « Maison de Colomba », « incubateur de vendetta »

À Fozzano, la tour de la famille Carabelli connue sous le nom de " Maison de Colomba " est en péril. Construit au 15e siècle, ce monument qui inspira le célèbre roman de Prosper Mérimée, fait partie des sites retenus par la mission Bern pour le patrimoine. Pour sa restauration, une importante aide financière sera remise ce samedi 16 septembre lors des journées européennes du Patrimoine.

Pénétrer dans la tour Carabelli de Fozzano, c’est y deviner l’anxiété permanente, persistant à travers les siècles entre les les Carabelli et les Durazzo.

Deux familles cultivant l’art de l’animosité et de l’assassinat. Une vendetta immortalisée par Prosper Mérimée. La Tour de Colomba lauréate du loto du patrimoine bénéficiera d’un chèque de 230.000 euros pour sa rénovation.

durée de la vidéo : 00h02mn00s
Mireille Istria, maire de Fozzano ; Jules Istria, Habitant du village âgé de 102 ans ; Alexandre d'Oriano, Historien. ©France Télévisions

Les Carabelli menés par la vengeresse Colomba habitaient dans la partie basse du village. Les Durazzo étaient installés 50 mètres plus haut. Fozzano aura été le théâtre de cette haine entre ces Capulet et ces Montaigu sans la moindre histoire d’amour.

« Les habitants ne se parlaient pas beaucoup, ils se méfiaient »

« Dans le bas du village, il y avait des difficultés. Ils ne se parlaient pas beaucoup. Il n’y avait pas de mariages entre le bas et le haut du village. Les gens se méfiaient », se souvient Jules Istria, habitant de Fozzano âgé de 102 ans. « Vous vous apercevez vraiment ce qu’est une obsession. Ici, on arrive à un degré de folie, d’exaltation qui est au-delà du normal. La maison, la tour de Colomba, est un incubateur à vendetta », estime Alexandre d'Oriano, historien

Habitée jusque dans les années 1960, la tour Carabelli est devenue la propriété de la commune en 2002. Le piano de Colomba dont parle Mérimée se tient encore miraculeusement debout. Peut-être qu’un futur musée sauvera ces derniers vestiges des outrages du temps.