Lundi 18 septembre, le conseil municipal de Porto-Vecchio a décidé de taxer à hauteur de 40 % ses résidences secondaires. Une mesure qui pour l’heure concerne tous les propriétaires, corses comme continentaux.

La mesure a été votée par le conseil municipal de Porto-Vecchio, lundi 18 septembre. En 2024, Porto-Vecchio appliquera une imposition de 40 % sur les résidences secondaires.

Une volonté du maire de la commune, Jean-Christophe Angelini. « Ce n’est pas un geste de sanction ou une posture idéologique. C’est, de manière pragmatique et très politique l’expression d’une volonté qui va nous permettre de rééquilibrer, en termes d’injustice, des situations anciennes. Et de générer des recettes importantes pour la commune. Il nous fallait corriger la trajectoire et c’est le sens de ce vote, qui est ni polémique ni idéologique. »

62 % des habitations de la commune

Porto-Vecchio compte 5.000 résidences secondaires, soit 62 % des habitations de la commune. Si le souhait du maire était de différencier les propriétaires corses de ceux du continent, la loi ne lui permet pas.

Ainsi, la mesure s’appliquera à tous. « Nous attendons que les taux puissent être différenciés pour revenir à l’analyse de départ, taxer d’une certaine manière les résidences secondaires appartenant à des gens qui sont complètement extérieur à l’île et exonérer jusqu’à un certain point, le point maximal, celles et ceux qui sont natifs ou installés sur notre pays », précise Jean-Christophe Angelini.

L’augmentation de la taxe permettra à la commune de dégager un bénéfice de deux millions d’euros. Cette hausse ne peut être pratiquée que dans les villes considérées en tension immobilière comme Zonza, Lecci ou Bonifacio.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Corse ViaStella
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité