Corse : la reprise des activités nautiques

Le coronavirus a privé les clubs de voile d’une partie très importante de leur activité : l'accueil des scolaires au printemps. La filière espère que la fréquentation et la météo permettront de faire une belle saison. Exemple avec le presque centenaire club nautique bastiais

Reprise des stages d’initiation à la voile à la Marana
Reprise des stages d’initiation à la voile à la Marana © Crédit photo Emilie Arraudeau
Interrompue par le confinement, empêchée par les mesures sanitaires, l’activité des clubs de voile reprend timidement ces jours-ci en Corse. Bien plus tard que d’habitude. Mais les amateurs sont au rendez-vous.
Sur la plage de la Marana, les cris joyeux des enfants se mêlent au son des voiles qui claquent au vent. En ce matin d’été, ils sont une dizaine, âgés de 6 à 9 ans, réunis pour leur premier stage d’initiation à la voile au club nautique Bastiais.
Les optimists au large de la Marana
Les optimists au large de la Marana © Emilie Arraudeau

Bien équipés de gilets de sauvetage, tenue, chapeau et lunettes pour les protéger du soleil, les jeunes stagiaires écoutent sagement les explications du moniteur. « Ce bateau s’appelle un optimist, commence Germain qui a pris soin de plier les voiles en deux car un petit vent se lève. Sur l’eau, il doit rester plat : comment allez-vous vous asseoir à l’intérieur ? Effectivement, un de chaque coté, sinon il va pencher. Comme ca, c’est très bien ».  

Découvrir la mer, surmonter ses peurs

Pour ce stage de 5 jours, les familles ont payé 150 euros. Une semaine pour découvrir la mer et surmonter ses peurs. « Le but du stage, explique Jérémy Chabry, moniteur fédéral de voile, c’est la découverte de la mer, de la voile, mais aussi de leur donner de l’aisance aquatique. Cela veut dire qu’au large, ils vont se mettre à l’eau, vérifier par eux-même qu’avec le gilet ils sont en parfaite sécurité ».

Un important protocole sanitaire

Pour accueillir de nouveau du public, ce club qui compte 130 licenciés âgés de 6à 80 ans, a dû mettre en place un important protocole sanitaire. « Tout le matériel, les cordes, les gilets, les écoutes sont désinfectés à chaque utilisation, précise encore Jérémy Chabriw. « Heureusement, nous ne sommes finalement pas obligés de porter ou d’imposer des masques, cela aurait été très compliqué de travailler avec ».

Un printemps blanc...

Pas de masques donc, mais le coronavirus a laissé d’autres traces. À commencer par un printemps blanc côté recettes. Traditionnellement, de nombreux clubs de voile travaillent beaucoup, dès le début mars, avec les scolaires, en particulier les élèves de primaire. Le club nautique bastiais aurait ainsi dû accueillir les élèves des écoles du sud de Bastia depuis des mois. Comme toutes les autres structures, il a dû attendre la réouverture des plages pour reprendre une activité. 
Optimist, catamaran, paddle, planche à voile, toutes les activités nautiques sont désormais praticables à la Marana (Haute-Corse)
Optimist, catamaran, paddle, planche à voile, toutes les activités nautiques sont désormais praticables à la Marana (Haute-Corse) © Emilie Arraudeau
 

Après un automne difficile

Dans le cas de cette association sportive affiliée à la FFV (Fédération française de voile), la covid est d’autant plus lourde de conséquences que 2019 n’avait pas été une bonne année.
« Des difficultés financières ont conduit l’automne dernier à deux licenciements économiques », regrette Jérémy Chabriw. Sans hiver ni printemps, l’activité n’a timidement repris le 23 mai. Depuis, les stages ont trouvé leur public, les réservations sont bonnes jusqu’à la mi-juillet. Après ? Le club, qui fêtera ses 100 ans en 2021, espère voguer vers des horizons plus sereins.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
voile sport nautisme mer nature coronavirus santé société économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter