• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

La Corsica Linea dresse le bilan de sa première saison

Les salariés de Corsica linea font le bilan de la première saison
Marielle Micheli, Serveuse sur le Pascal Paoli // Laurent Casta, Chef du secteur hôtelier sur le Pascal Paoli//Maurice Perrin, Vice-Président CFE-CGC (sédentaires)//Alain Mosconi, Représentant du STC Corsica Linea// Frédéric Al Pozzo, Délégué national CGT-marins - Pierre Nicolas, Typhaine Urtizverea

La Corsica Linea, ex-SNCM, inaugurée en mai 2015 dresse un bilan positif de sa première saison « légèrement rentable ». Les salariés, eux, veulent croire dans les promesses faites par la compagnie et la CTC mais restent prudents.

Par FTViaStella avec AFP

La compagnie maritime privée Corsica Linea, qui a succédé en mai à la SNCM, a effectué une "première étape de transformation réussie", assure son directeur général.

Une majorité d'emplois conservés

"On a réussi à amener avec nous l'immense majorité de marins", a estimé lors d'un point de presse Pierre-Antoine Villanova, directeur général de la compagnie qui emploie 875 personnes en CDI et a eu recours à 450 embauches saisonnières en 2016. Parmi ces contrats à durée déterminée, 220 sont nouveaux 80% recrutés en Corse.

Avec un chiffre d'affaires de 170 millions d'euros en 2016 et 500.000 passagers transportés "on est légèrement rentable dès la première année", a noté le directeur général de la compagnie. 

Quatre axes

M.Villanova a rappelé les "quatre grands axes" de la compagnie maritime qui dessert la Corse, le Maghreb et, depuis cet été, la Sardaigne :
la satisfaction du client avec notamment une amélioration de l'offre tarifaire, la pérennité  de l'entreprise, l'ancrage en Méditerranée et enfin "être au service
de la Corse".


Pour 2017, la compagnie entend augmenter de 20% ses trajets notamment avec la Corse, "notre objectif numéro un, on vise 400.000 passagers contre 300.000 aujourd'hui", a insisté le directeur général.  "On est à 10% de parts de marché", contre 80% à la compagnie italienne Corsica ferries, "il faut arriver à 30%", a expliqué M. Villanova. La compagnie entend atteindre cet objectif en "optimisant" la flotte de six navires et en "investissant".

Rénovation de navires

18 millions d'euros seront investis dans la flotte en 2017 et 20 millions sont prévus pour la rénovation de deux navires, le Paglia Orba et le Méditerranée. L'Assemblée de Corse a attribué le 30 septembre la délégation de service public (DSP) maritime entre l'île et Marseille au groupement Corsica Linea et Méridionale.

Du côté du Syndicat des travailleurs corses, on considère que la gestion prochaine par la CTC et les entrepreneurs insulaires a toutes ses chances de fonctionner : « Veolia et Transdev n’ont rien fait, là où la CTC avec moins de moyen fera. Donc moi j’ai envie de croire les représentants politiques de la collectivité territoriale de Corse qui se sont engagés dans un projet important et qui n’ont pas envie d’échouer vont investir. Et justement, je pense que la collectivité a les moyens assez solide pour pouvoir investir, chercher des partenariats pour avoir une flotte à moindre coût mais une flotte efficace », estime Alain Mosconi, représentant du STC Corsica Linea.

Les salariés veulent croire en l'avenir 

On s’y attendait, la vigilance de la CGT marin se veut plus offensive. Pour Frédéric Al Pozzo, délégué national de la CGT-marins : « Sans surprise, le schéma qui est porté par la nouvelle majorité nationaliste est un schéma qui affiche une compagnie régionale, qui n’en est pas vraiment une et qui poursuit par contre la libéralisation de la desserte et la diminution des moyens du service public de continuité territoriale et qui conduirait certainement aussi à se débarrasser des car ferries sur l’exploitation de la Corse l’été ». Pour la CGT marin, la compagnie serait plus rentable si elle proposait davantage de trajets aux passagers plutôt que de donner la priorité au fret.

Beaucoup des salariés que nous avons réncontrés nous disent « le rouge de Corsica Linea nous va mais le bleu de la SNCM était beau ». Ce qui les préoccupe ce n’est pas la couleur mais les décisions à venir.

Corsica Linea, qui appartient à un groupe d'entrepreneurs corses, a été lancée le 3 mai, succédant à la Société nationale Corse Méditerranée (SNCM) après de multiples péripéties économiques et judiciaires.

Sur le même sujet

Le pays ajaccien mise sur la mer pour son développement économique

Les + Lus