Covid 19 : un certificat sanitaire européen mis en place à compter du 15 juin

Mais à quoi ressemblera le futur certificat sanitaire ? Thierry Breton, commissaire européen en charge des vaccins dans l'Union européenne, l'a présenté dimanche 28 mars. Il pourrait entrer en vigueur dès le 15 juin prochain, en version papier ou numérique pour les citoyens de l'UE.

Le commissaire européen Thierry Breton dans Le Grand Jury, ce 28 mars.
Le commissaire européen Thierry Breton dans Le Grand Jury, ce 28 mars. © Capture d'écran Le Grand Jury

L'accélération des livraisons de vaccins permet à l'Europe de voir "la lumière au bout du tunnel", en dépit de la troisième vague de Covid-19 qui déferle sur l'Europe, a affirmé dimanche 28 mars Thierry Breton.

Dès la mi-juin, l'Union européenne se dotera d'un certificat sanitaire. Validé par les 27 Etats membres, il a été présenté ce jour par le commissaire européen sur le plateau du Grand Jury LCI/RTL/Le Figaro, qui en a également précisé les modalités.

"On y trouvera votre date de naissance, le numéro de votre passeport certifié avec le QR code, si vous avez été vacciné, le type de vaccin que vous avez eu, et si vous avez été porteur de la maladie si vous avez des anticorps ou pas. Et puis pour ceux qui n’auront eu ni vaccin ni maladie et pour lesquels on demandera un test PCR, l’état de votre test PCR".

Si vous ne voulez pas avoir de test sanitaire, vous n’en aurez pas.

Thierry Breton

Le document ne sera pas obligatoire. "Si vous ne voulez pas avoir de test sanitaire, vous n’en aurez pas", a indiqué Thierry Breton. Les citoyens européens qui le souhaitent devront le demander à leur pays d'origine. Avec pour objectif de "refluidifier, retrouver la vie normale", et assurer "la capacité de se mouvoir sans être un risque pour soi ou pour les autres". 

"C’est à ce prix là qu’on pourra avoir une saison touristique comparable à celle de l’année dernière", a tranché le commissaire européen.

Un passeport qui ne fait pas l'unanimité

Une consultation concernant le passeport vaccinal a récemment été lancée par le Conseil économique, social et environnemental (Cese) auprès de la population. Près de 7 personnes sur 10 ayant participé se sont dites "très défavorables" à l'instauration d'un passeport vaccinal, redoutant notamment une "atteinte aux libertés privées", selon des résultats dévoilés mardi 16 mars.

Mais Thierry Breton se veut avant tout rassurant. "Ceux qui ne voudront pas acquérir de certificat pourront continuer à bénéficier des ouvertures qui seront proposées. S’ils sont obligés d’avoir un état sanitaire pour entrer, ils auront la possibilité de se soumettre à des tests plus rapides." Reste que dans un document de la Commission européenne sur le certificat vaccinal, on lit néanmoins que les non-détenteurs dudit certificat "sont plus susceptibles d'être soumis à des mesures telles que la quarantaine par les États membres, si elles sont justifiées par des considérations de santé publique". 

En Corse, 15,8% de la population a reçu une première dose de vaccin

Au vendredi 26 mars 2021 (données consolidées), 7.550.454 (+338.110) personnes avaient reçu au moins une première dose de vaccin contre le coronavirus en France, soit 11,30 % de la population Française. 2.635.356 (+37.341) personnes ont reçu une seconde dose de vaccin ce qui représente 3,90 % de la population.

En Corse, au 27 mars, 54.576 personnes ont reçu au moins une première dose de vaccin et 20.638 personnes ont reçu une seconde dose pour le moment. 

D'ici au 14 juillet, l'Europe aura "la capacité de l'immunité collective", a assuré Thierry Breton il y a quelques jours. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
europe politique santé société covid-19