Des élus du Cap Corse demandent d’accélérer l’enfouissement des lignes électriques

C'est l'une des conséquences des tempêtes de vent balayant régulièrement la Corse : les coupures d'électricité. Dans le Cap Corse elles sont fréquentes et entraînent de graves problèmes. Des élus de la région demandent à EDF d'accentuer l'enfouissement des lignes pour réduire les désagréments.

Le Cap Corse est la microrégion la plus sujette aux épisodes de vent violent. Les rafales y dépassent régulièrement les 150 km/h… et malmènent les lignes électriques aériennes. Des lignes qui cèdent, lors de la tempête du 31 octobre dernier, un câble sectionné a ainsi fini sa course dans le jardin d’un particulier sur la commune de Brandu.

Les tempêtes entraînent aussi des coupures d’électricité. Trop fréquentes pour François Orlandi, qui liste les conséquences du dernier épisode venteux pour sa commune de Tominu. « Cela pose des problèmes pour les personnes âgées, isolées. Lorsqu’il n’y a plus d’électricité, il n’y a plus de téléphone, les téléalarmes ne fonctionnent plus, il y a des conséquences pour les réseaux d’assainissement. Les stations d’épuration sont mises à l’arrêt malgré des groupes électrogènes, mais tout n’est pas protégé par des groupes électrogènes. Les stations de pompage d’eau sont également à l’arrêt. »

durée de la vidéo : 00h02mn11s
Lionel Formosa, Habitant de Brandu (31/10/2023) ; François Orlandi, Maire de Tominu ; Don-Marc Albertini, délégué du directeur régional d'EDF pour la Haute-Corse. ©France Télévisions

Si le maire de Tominu salue toutefois la réactivité des agents d’EDF, qui permet de limiter la durée des coupures, il demande que davantage de lignes soient enfouies.

« On n’a pas abandonné le Cap Corse »

De son côté EDF l’assure, chiffres à l’appui, le Cap Corse est justement au centre des attentions sur cette question. « Cette zone est celle où le taux d’enfouissement des réseaux moyenne tension est le plus élevé de Corse en zone rurale. 72 % des réseaux sont enfouis, 140 km sont enfouis sur 195 au total alors que la moyenne corse c’est 51 %. On n’a pas abandonné le Cap Corse », soutient Don Marc Albertini, sélégué du directeur régional d'EDF pour la Haute-Corse.

Autre enjeu majeur de l’enfouissement : la lutte contre le risque incendie. Les flammes qui ont parcouru 120 hectares à Brandu il y a quelques jours pourraient être parties de la chute d’un câble électrique. La piste accidentelle a en tous cas été confirmée par le procureur de la République de Haute-Corse.

Face à ces enjeux EDF continue d’enfouir des lignes dans l’ouest du Cap Corse : un chantier chiffré à un million d’euros vient de s’achever à Meria. D’autres études sont en cours, même si la topographie des lieux rend les estimations du coût des travaux très élevées.