Différence de salaire entre les femmes et les hommes : qu'en est-il en Corse ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sébastien Bonifay
L'égalité Femmes/Hommes au centre des débats depuis quelques années, mais il reste beaucoup à faire.
L'égalité Femmes/Hommes au centre des débats depuis quelques années, mais il reste beaucoup à faire. © IP3 PRESS/MAXPPP

L'inégalité salariale est moins marquée sur l'île que sur le reste du territoire français. C'est l'une des conclusions de l'enquête dirigée par l'Insee en 2018. et désormais publique. De quoi se réjouir ? Pas vraiment. Le panorama économique dressé par l'Insee n'est pas franchement encourageant.

En Corse, une femme gagne, en moyenne, à la fin du mois, 23,2 % de moins qu'un homme. Ce qui signifie, pour employer une comparaison à la mode depuis quelques années, et bien plus parlante que les pourcentages, qu'une femme travaille gratuitement durant près d'un trimestre chaque année...

De quoi alimenter l'exaspération féminine, qui pointe, fort justement, une véritable inégalité de traitement. 

Et pourtant. Avec ces 23,2 % de différence, la Corse est la bonne élève du classement français. En moyenne, dans la France de province, socle du comparatif, la différence est de 31 %

Plusieurs raisons invoquées

Mais ce chiffre de 23,2 % est à moduler. L'Insee et la Direction Régionale aux Droits des Femmes et à l'Egalité de Corse, qui ont mené l'enquête, ont cherché à comprendre les raisons de cette disparité salariale. Et pointent plusieurs facteurs :

  • D'abord, le temps de travail. Les femmes ont recours au travail partiel plus souvent que les hommes. (23% contre 9%). Et la durée des contrats, hors CDI, est parfois plus réduite. Au final les femmes effectuent 11 % de temps de travail en moins que les hommes. Et cette donne entre pour 9,9 % dans les 23,2 % de disparité.
     
  • Ensuite, la surreprésentation des femmes dans les métiers les moins rémunérateurs. Cette "ségrégation professionnelle", selon l'expression employée par l'Insee, compte pour 1,4 %
     
  • Enfin, parmi les autres raisons invoquées par l'Insee, on retrouve le secteur d'activité, la branche professionnelle, la taille de l'entreprise et le type de contrat de travail. Des raisons qui pèseraient pour 5,6 %

Au final, "toute chose observée égale par ailleurs", pour citer l'Insee (en clair, à métier, temps de travail, qualification et situation égaux), la différence de salaire entre les hommes et les femmes s'élève à 6,3 % en Corse.
Mais l'institut prend soin de préciser que cette différence peut exister en raison d'"autres variables non observées, telles que le niveau et le domaine de formation, l'expérience professionnelle ou l'ancienneté dans l'entreprise".

Toujours est-il que, malgré toutes les variables d'ajustement avancées par l'Insee, il existe une différence de rémunération entre les hommes et les femmes, certes moins importante en Corse que dans le reste du pays, mais bien réelle. Et que les variables d'ajustement sont, elles-mêmes, souvent liées à la "ségrégation professionnelle" liée au statut de femme. 

Moins de femmes actives en Corse

Mais l'étude de l'Insee et de la DRDFEC ne se contente pas d'étudier la question du différentiel de salaire. Et les autres données livrées par l'enquête sont riches d'enseignements, concernant l'emploi féminin sur l'île. Ainsi, nous apprenons que les femmes insulaires sont les moins actives de France.

En 2018, 67 % des femmes de 15 à 64 ans travaillaient ou cherchaient un emploi en Corse. Le taux le plus bas du pays, alors que la moyenne se situe à 71 %, et que le taux le plus haut, de 73,8 %, est constaté, sans surprise, en Ile-de-France. 

Le comparatif, précise l'étude, s'est fait à âge, niveau de diplôme et situation familiale équivalents. Parmi ce pourcentage de femmes actives, on dénombrait 10,3 % de demandeuses d'emploi. Un chiffre très supérieur à la moyenne nationale, de 9 %. Les femmes sont donc moins actives que les hommes, mais représentent 55 % de la demande d'emploi en Corse. 

Des salaires plus bas que sur le continent. Pour les femmes, comme pour les hommes

Enfin, l'étude réalisée par l'Insee et la DRDFEC fournit une dernière information d'importance, qui concerne cette fois autant les hommes que les femmes. Et qui en dit long sur la situation économique de l'île, où 1 insulaire sur 5 vit sous le seuil de pauvreté.

Ainsi, en 2018, dans le secteur privé, une femme gagnait en moyenne un salaire net annuel de 13.600 euros, alors qu'un homme recevait, à la fin du mois, 17.700 euros. Ce qui témoigne certes de la différence de traitement sur l'île. Mais c'est l'occasion pour l'Insee de nous rappeler que, pour les hommes comme pour les femmes, ces salaires sont plus faibles que dans toute autre région du pays...

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.