Élections territoriales en Corse : les enjeux démographiques auxquels l'île doit faire face

Les élections territoriales se tiendront les 20 et 27 juin prochains. Afin de mieux en appréhender les enjeux, France 3 Corse ViaStella vous propose des dossiers thématiques. Épisode 5 : la démographie.

Entre 2008 et 2018, la population corse a augmenté de 11.7 %.
Entre 2008 et 2018, la population corse a augmenté de 11.7 %. © Jean-Marc LOOS / Maxppp

Entre 2008 et 2018, la population corse a augmenté de 11.7 %. Un chiffre qui fait de l'île la région de France métropolitaine la plus dynamique.

Ainsi, selon une étude de l'Insee - Institut national de la statistique et des études économiques - publiée en décembre 2020, la Corse compte 338.550 habitants. La croissance y est de 1.1 % par an en moyenne, soit trois fois plus que dans le reste du territoire. À titre d'exemple, dans les trois autres régions affichant une augmentation, cette dernière ne dépasse pas 1 % : Occitanie, 0.7 % ; Pays de la Loire, 0.7 % et l'Auvergne-Rhône-Alpes, 0,6 %.

La Haute-Corse est le plus peuplé des deux départements insulaires. Il compte 180.701 habitants au 1er janvier 2018 contre 157.853 en Corse-du-Sud.

Un solde naturel négatif

En 2019, pour la 7e année consécutive, toujours selon l'Insee, le solde naturel de la Corse est négatif. Les décès augmentent et les naissances baissent. Ainsi, sur cette période, l'île enregistre 365 décès. Cumulé depuis 2013, ce chiffre atteint 1.500. Un niveau record sur les 40 dernières années.

Ce déficit naturel s'illustre dans plus de la moitié des communes de l'île (54 %, soit 196 communes). Seules 74 d'entre elles, principalement en périphérie des agglomérations d'Ajaccio, Bastia, Porto-Vecchio et Calvi, ont un solde naturel strictement positif.

Pour la septième année consécutive, la Corse enregistre plus de décès que de naissances.
Pour la septième année consécutive, la Corse enregistre plus de décès que de naissances. © Loïc Venance / AFP

Second constat : l'île enregistre le taux de natalité le plus bas de France métropolitaine avec 8.3 naissances pour mille habitants. Si le nombre de femmes en âge de procréer a augmenté entre 2011 et 2019, le nombre d'enfant moyen par femme, lui, diminue. "La hausse de la fécondité chez les femmes de 35 ans, et plus, ne suffit pas à compenser la baisse de celles des femmes plus jeunes", commente l'Insee. Durant la période étudiée, la Corse a enregistré une baisse de 29 naissances par an en moyenne. Ainsi, l'augmentation de la population en Corse s'explique principalement par les migrations.

Ajaccio et Bastia concentrent la croissance

Les deux communautés d'agglomération d'Ajaccio et de Bastia centralisent la majeure partie de cette hausse de population. Les deux zones ont un rythme de croissance supérieur à la moyenne régionale avec une évolution de 1.8 % pour la communauté d'agglomération de Bastia et de 1.3 % pour la communauté d'agglomération du pays ajaccien.

Sur l'ensemble du territoire insulaire, seules deux intercommunalités perdent des habitants : les communautés de communes Pasquale Paoli et L'Île Rousse-Balagne. Toutes deux affichent des évolutions de population respectives de -0.4 % et -0.9 % en moyenne annuelle.

ILLUSTRATION - Une vue de la ville d'Ajaccio depuis le château de la Punta.
ILLUSTRATION - Une vue de la ville d'Ajaccio depuis le château de la Punta. © Pascal Pochard-Casabianca / AFP

Outre ces deux pôles d'attraction, la Corse est la région française où la part des communes rurales est la plus importante. Ainsi, parmi les 360 communes de l'île, 348 sont dites rurales, soit 96.7 % contre seulement 88 % au niveau national. Elles centralisent la moitié de la population régionale (46,9 %).

5.4 % des insulaires évoluent dans des territoires ruraux très peu denses (où il y a peu de bâtis), un tiers d'entre eux sont des personnes âgées de plus 65 ans vivant seules. Les couples avec enfant y sont sous représentés et l'activité économique est marquée par l'agriculture (22.5 %) et l'industrie manufacturière (14.8 %) notamment dans l'agroalimentaire.

Selon les perspectives annoncées par l'Insee, à l'horizon 2050, le nombre de seniors devrait augmenter de 56 % pour atteindre 134.000 personnes. Un chiffre qui représenterait 35 % de la population et qui ferait de la Corse la région de France métropolitaine comptant le plus de personnes âgées. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
elections territoriales politique élections régionales 2021 élections démographie société