Grève contre la réforme des retraites en Corse : « Le combat va être long, mais on peut changer les choses »

7e journée nationale de mobilisation contre la réforme des retraites. Vendredi 24 janvier, des manifestations se sont tenues à Ajaccio et Bastia à l’appel de l’intersyndicale. 
7e journée nationale de mobilisation contre la réforme des retraites. Vendredi 24 janvier, des manifestations se sont tenues à Ajaccio et Bastia à l’appel de l’intersyndicale.
7e journée nationale de mobilisation contre la réforme des retraites. Vendredi 24 janvier, des manifestations se sont tenues à Ajaccio et Bastia à l’appel de l’intersyndicale. © Stéphane Lapera / FTVIASTELLA
Un jour de « mobilisation symbolique ». C’est par ces mots que certains manifestants du cortège de Bastia décrivent la 7e journée nationale de mobilisation contre la réforme des retraites organisée vendredi 24 janvier. 

Symbolique car les différents projets de lois sur la réforme des retraites sont présentés en Conseil des ministres aujourd’hui. Mais pour les manifestants, pas question de lâcher. « Le combat va être long contre ce gouvernement fermé, qui fait semblant de négocier, mais nous pouvons encore faire changer les choses », espère Fabien Mineo, secrétaire départemental FSU Haute-Corse. « La mobilisation doit être très forte aujourd’hui mais aussi dans les semaines à venir.  Le gouvernement n’a rien préparé », estime quant à lui Charles Casablanca, porte-parole de la CGT Haute-Corse. 
 
Grève contre la réforme des retraites en Corse : « Le combat va être long, mais on peut changer les choses »



Codes civils jetés


Dans la cité impériale, environ 200 personnes se sont regroupées devant la préfecture. Parmi eux, une quarantaine d’avocats accrochent leur robe noire à la grille et jettent des codes civils en signe de protestation. « On ne comprend toujours pas le pourquoi de cette réforme, le pourquoi nous sommes venus nous chercher, nous, caisse autonome et parfaitement équilibrée pour encore de nombreuses années. Toutes les études le montrent », déplore une avocate du barreau d’Ajaccio. 

 
Une quarantaine d'avocats du barreau d'Ajaccio ont accroché leur robe noire aux grilles de la préfecture en signe de protestation.
Une quarantaine d'avocats du barreau d'Ajaccio ont accroché leur robe noire aux grilles de la préfecture en signe de protestation. © Stéphane Lapera / FTVIASTELLA


Des enseignants, en grève à 32.8 % dans le 1er degré et 8.8 % dans le second degré en Corse, ont également repris ce geste en jetant des manuels d’éducation civique. 
 

Tarifs « heures creuses »

Cette journée nationale de mobilisation est également marquée par une nouvelle action de la CGT Energie Corse. Le syndicat a effectué une action technique afin que les usagers insulaires bénéficient du tarif « heure creuse »
​​​​​​​
 
durée de la vidéo: 00 min 35
Grève réforme des retraites - CGT Energie Corse tarifs heures creuses


« C’est un acte fort destiné à tout le monde », soutient Yannick Boutry, membre du syndicat. Cette opération représenterait un trou de 150.000 par jour pour EDF. « Plus qu’une perte pour l’entreprise, cette somme, c’est ce que les clients n’auront pas à payer. Ce sera en moins sur la facture, la masse des usagers gagnera 150.000 euros par jour », reprend Yannick Boutry. 
 

« Nous sommes responsables et déterminés »


Le syndicat prévient : si le projet de réforme des retraites n’est pas retiré les opérations continueront en faveur des usagers. « Nous avons déjà coupé les radars la semaine dernière. Nous sommes responsables, déterminés et nous ne manquons pas d’idée », indique le syndicaliste. 

 

Dans les rues, certains alertent sur l’entrée dans le mouvement des lycéens opposés notamment à la réforme du baccalauréat. Une vingtaine d’entre eux a rejoint le cortège de Bastia dans la matinée. 



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grève économie social retraites énergie environnement