À Bastia, 200 personnes environ manifestent leur opposition à la censure du Conseil constitutionnel

Ce samedi 29 mai à Bastia, comme partout en France, une manifestation est prévue pour défendre les langues régionales. Alors que le Parlement avait adopté le projet de loi visant notamment à renforcer l'enseignement immersif, le Conseil constitutionnel avait censuré deux articles. 

Le rendez-vous est fixé à 10h30 devant l'inspection académique de Haute-Corse, à Bastia
Le rendez-vous est fixé à 10h30 devant l'inspection académique de Haute-Corse, à Bastia © Yann Benard

Ils viennent dénoncer un "déni de démocratie" et défendre l'enseignement de la langue corse. Ce samedi 29 mai, les défenseurs de l'enseignement immersif et des langues régionales sont dans la rue pour défendre leur modèle d'enseignement. À l'appel du collectif "pour que vivent nos langues" ils protestent contre la décision du Conseil constitutionnel de censurer l'enseignement immersif en langue régionale.

"Il faut que le dispositif actuel (...) soit maintenu et même optimisé"

À Bastia, le rassemblement a lieu devant l'inspection académique de Haute-Corse, à 10h30. Devant les 200 personnes réunies, plusieurs personnalités politiques et associatives ont pris la parole.

"Sur le court terme, il faut que le dispositif actuel, qui permet l'enseignement immersif en langue régionale soit maintenu et même optimisé, exprime Ghjiseppu Turchini, porte-parole du collectif "pour que vivent nos langues" en Corse. Seul l'enseignement immersif permet d'avoir des personnes totalement bilingue" poursuit-il avant de se rendre à la manifestation.

Dans les faits, les défenseurs des langues régionales craignent quant à la pérennité de leur modèle d'enseignement censuré par les Sages. 

"Tant que l'article 2 de la Constitution française [qui stipule que la langue de la République est le français] ne change pas, nous aurons toujours une épée de Damoclès au-dessus de la tête, développe-t-il. On ne remet pas en cause que la langue de référence commune à tous est le français, mais la révision constitutionnelle devrait stipuler que cela ne remet pas en cause que les langues régionales existent et doivent être protégées".

Une centaine de personne ont manifesté ce samedi matin à Bastia
Une centaine de personne ont manifesté ce samedi matin à Bastia © Yann Benard

Des rassemblements partout en France

Du Pays-Basque à la Bretagne en passant par l'Occitanie, des manifestants sont prévues partout en France. À quelques semaines des élections régionales et territoriales, l'affaire prend une ampleur politique. Emmanuel Macron et Jean Castex, le Premier ministre, ont pris la parole pour afficher leur soutien aux langues régionales. Le Président de la République a affirmé que "rien ne saurait entraver" l'enseignement immersif en langues régionales, et "demandé au gouvernement et au Parlement de trouver les moyens de garantir leur transmission".

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture régionale culture société éducation