• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Cinq questions sur l'élection départementale partielle de Bastia 3 dont le premier tour a lieu ce dimanche

Illustration. / © JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Illustration. / © JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Le premier tour de l’élection départementale partielle du canton de Bastia 3 a lieu ce dimanche dans un contexte de division de la gauche. Qu’est-ce que Bastia 3 ? Pourquoi les électeurs votent-ils ce dimanche ? Qui sont les candidats et comment se déroule le vote ?

Par France 3 Corse ViaStella

1. Bastia 3, c’est quoi ?


C’est le troisième canton de Bastia, le plus peuplé de la ville. Il est à cheval sur une partie du centre historique de Saint-Joseph, une partie du quartier populaire de Lupino, avant de monter vers les premières villas de Cardo. Il compte 6500 électeurs inscrits.
© FTViaStella
© FTViaStella

Les candidats élus à l’issue de cette élection rejoindront le conseil départemental  dont le président est François Orlandi (DVG). La majorité du conseil départemental ne devrait pas changer à l’issue du scrutin.
Elle est de 21 voix sur 30 en comptant Marie-Claire Poggi (MCD) qui siège comme non-inscrite mais vote avec la majorité.
Les votes des 2 et 9 octobre permettront surtout à la municipalité bastiaise d’évaluer le soutien de son électorat depuis la rupture avec le MCD.

2. Pourquoi les électeurs votent-ils à nouveau ?


Le scrutin de 2015 avait été annulé après un recours du binôme de gauche Joseph Martelli et Anne-Marie Piacentini. Ils avaient perdus de 137 voix face au binôme soutenu par la majorité municipale et constitué alors de José Gandolfi le nationaliste et de Marie-Claire Poggi, membre du Mouvement Corse Démocrate  de François Tatti.  Les deux perdants avaient introduit un recours devant le tribunal administratif, contestant "des signatures divergentes sur six bureaux de vote entre le premier et le second tour". Le Conseil d’Etat avait annulé l'élection.


3. Qui sont les candidats ?


Depuis 2015, les équilibres politiques ont changé. La rupture entre le MCD et la majorité municipale a été entérinée, le Parti Radical de Gauche est en pleine recomposition. Le nationaliste José Gandolfi s’est associé à la socialiste Emmanuelle Gentili. Ils sont soutenus par la droite bastiaise mais pas par le mouvement de François Tatti, qui n’en fait plus partie. La majorité territoriale soutient le binôme.

En 2015, Joseph Martelli, Anne-Marie Piaccientini, les historiques du PRG (parti radical de gauche) avaient perdu de 137 voix. Ils avaient obtenu l’annulation de l’élection. Ils partent à la reconquête du canton pour la gauche mais sans le soutien de la totalité de leur parti et sans son investiture.

Le PRG est cette fois officiellement représenté par Jean-François Mattei, associé à Marie-Claire Poggi, du mouvement de François Tatti, ex-majorité municipale. Leur binôme est né des divisions mais ils veulent se présenter en candidats de l’union de la gauche et en connaisseurs du canton.

Les communistes sont loin des querelles qui opposent leurs concurrents. Leur résultat en 2015 : 6,69%. Marina Lucciani et Pascal Rossi appellent au rassemblement des forces de gauche, au nom des programmes communs.

Le binôme FN de Michel Bruschini et Catherine Grimaldi, fort des 16,5% de 2015 part à la bataille avec la volonté de surfer sur les faits d’actualité et le contexte post-attentat. Michel Bruschini avait réalisé un score de 17,5% dans le canton de Bastia 4.

Premier tour de l'élection départementale partielle de Bastia 3 : les candidats aux urnes


4. A quoi servent les élections départementales ?


Les départements œuvrent pour l’action sociale, à travers l’aide sociale à l’enfance, des politiques d’hébergement et d’insertion sociale pour les personnes en situation de handicap, la création de maisons de retraite, etc. Ce sont les départements qui gèrent le RSA –revenu de solidarité active.
Ils assurent également la construction des collèges, la gestion des ports ou la voierie départementale.
Le département a également une compétence culturelle (bibliothèques départementales de prêt, services d’archives départementales, musées, protection du patrimoine...).

5. Comment se déroule le vote ?


Les élections départementales élisent les membres des conseils départementaux. Ils sont élus dans le cadre d'un scrutin binominal majoritaire à deux tours : les candidatures sont présentées sous la forme d'un binôme composé d'une femme et d'un homme avec leurs remplaçants (une femme et un homme également). Pour être élu au premier tour, un binôme doit obtenir au moins la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de suffrages égal à au moins 25 % des électeurs inscrits. Si aucun binôme n'est élu au premier tour, peuvent se présenter au second tour les binômes qui ont obtenu un nombre de suffrages au moins égal à 12,5 % des électeurs inscrits, ce qui exclut la fusion, en vue du second tour, de binômes s'étant présentés séparément pour le premier tour. Est élu au second tour le binôme qui obtient le plus grand nombre de voix.

Les conseillers départementaux sont élus pour une durée de six ans et les conseils départementaux sont renouvelés intégralement.

Ce dimanche, les sept bureaux de vote sont ouverts de 8h à 18h.

Retrouvez les résultats en direct ce soir, sur nos pages Facebook et Twitter. Mercredi, un débat d'entre-deux-tours vous sera proposé en direct sur notre page Facebook.

A lire aussi

Sur le même sujet

Question/Réponse : Eric Leoni, professeur à l'université de Corse

Les + Lus