Coronavirus : le milieu culturel corse manifeste contre les mesures gouvernementales

Plusieurs professionnels et représentants d'associations culturelles se sont mobilisés ce mardi 15 décembre en Corse pour dénoncer les annonces gouvernementales prolongant la fermeture des lieux culturels. Des mesures "incohérentes", dont l'impact sur le secteur culturel pourrait être dévastateur.

Le rassemblement a eu lieu ce mardi à midi devant le centre culturel Una Volta
Le rassemblement a eu lieu ce mardi à midi devant le centre culturel Una Volta © Christian Giugliano

Ils étaient nombreux ce mardi à manifester ce mardi 15 décembre à midi devant le centre culturel Una Volta, à Bastia : acteurs de la culture, représentants et membres d'associations ou simples citoyens solidaires du milieu culturel, tous entendaient dénoncer les mesures gouvernementales contraignant les lieux culturels à rester fermés, malgré la fin du confinement.

Annoncée le 10 décembre dernier par le Premier ministre Jean Castex, la prolongation de la fermeture des cinémas, théâtres et autres lieux culturels jusqu'au 7 janvier, au plus tôt, a plongé nombre de professionnels du secteur dans le désarroi.

Rassemblés devant le centre culturel Una Volta, les participants ont partagé leur "incompréhension" et leurs inquiétudes pour l'avenir.

 

 

Plusieurs jeunes étaient présents lors d'un autre rassemblement organisé à 14 heures devant la préfecture de Bastia. Désireux de manifester leur solidarité avec des proches, de dénoncer l'incohérence des mesures ou simplement signifier leur déception de voir les théâtres et salles de cinémas fermés, tous avaient une raison pour être présent ce mardi.

"Je fais de la musique depuis un an et j’aimerai en vivre plus tard, je me sens donc forcément impliqué", explique Titouen, 16 ans.

Pour le jeune homme, dont la soeur est musicienne et la mère professeure de théâtre, il était impératif d'être présent aujourd'hui : "Ca va faire un an que ma mère ne peut plus donner des cours. Certains de ses amis profs de théatre donnent des cours en live, mais ce n’est pas la même chose. Le théatre, c’est un art qui doit se faire en vrai."

 

 

Pour Clémence, 15 ans, c'est le manque de cohérence des annonces gouvernementales qui l'a poussé à descendre dans la rue : "On ouvre les magasins mais pas les théatres, alors que c’est presque plus sécurisé dans les espaces culturels, où les distances de sécurité peuvent parfaitement être respectées."

Hormis celui devant Una Volta, d'autres rassemblements ont également eu lieu ce mardi à 15 heures devant la préfecture de Bastia ainsi qu'à l'Île-Rousse, devant le cinéma le Fogata à partir de 17 heures.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture manifestation économie social