Corse : la crise des déchets n’empêche pas les mauvais comportements

Selon le Syvadec, 70 % des contenus des poubelles corses pourraient être valorisés. / © Daniel Bansard / FTVIASTELLA
Selon le Syvadec, 70 % des contenus des poubelles corses pourraient être valorisés. / © Daniel Bansard / FTVIASTELLA

En Corse, chaque jour, environ 300 tonnes d'ordures ménagères sont en souffrance. Les poubelles traînent toujours dans les rues, conséquences, notamment, du blocage du site de Viggianello. Un contexte où se révèlent aussi les bons ou mauvais comportements. Illustration à Bastia.

Par France 3 Corse ViaStella

« Les gens jettent n’importe quoi. Ils n’ont aucun respect… On jette, on jette, on jette », s’agace une habitante du quartier de Montesoro à Bastia.

Car si les poubelles ont été ramassées dans la matinée, aux abords des conteneurs s’entassent machines à laver et fours

 


Des moyens sont pourtant à la disposition de tous comme à la déchetterie de l’Arinella. Ici, tout est récupéré : cartons, métaux. Il n’y a plus d’excuses pour diminuer le volume des poubelles. « C’est la moindre des choses. On a ça à notre disposition, ce serait idiot de ne pas en profiter », estime un homme. « Aujourd’hui on met des moyens à disposition pour pouvoir trier et je ne comprends pas qu’on ne le fait pas », regrette un autre. 

 
Corse : la crise des déchets n’empêche pas les mauvais comportements
Intervenants - Lucie Agostini, Résidente à Montesoru ; Catherine Luciani, directrice du Syvadec. Equipe - Solange Graziani ; Daniel Bansard ; Stéphane Agostini ; Jennifer Cappai ; Géraldine Giordano.


Selon le Syvadec, 70 % du contenu des poubelles pourraient être valorisés. « Les filières de tri, on en 18 actuellement qui fonctionnent, ne sont pas impactées par la crise. Nos recommandations sont de trier au maximum à partir de tous les moyens mis à disposition des usagers », explique Catherine Luciani, directrice du Syvadec.
 

Contractualiser le tri au porte-à-porte


En attendant la fin de la crise, des terrains vont être aménagés afin de recevoir les déchets en souffrance et mis en balles. Mais la situation reste urgente, le centre d’enfouissement de Viggianello est toujours bloqué

Le 18 décembre dernier, un plan Marshall a été lancé par le conseil exécutif. Joint par téléphone, Gilles Simeoni, président du conseil exécutif, a précisé qu’il souhaite contractualiser avec la communauté d’agglomération de Bastia et la communauté d’agglomération du pays ajaccien le tri au porte-à-porte et plus particulièrement celui des biodéchets

 


Tous les collectifs contre l’enfouissement attendent ces documents écrits pour débloquer la situation. 


 

Sur le même sujet

Les + Lus