Les Corses désillusionnés par la visite d’Emmanuel Macron

© France 3 ViaStella
© France 3 ViaStella

Deux jours après son départ, Emmanuel Macron semble ne pas avoir fait bonne impression auprès des Corses. Nous sommes allés à leur rencontre place Saint-Nicolas à Bastia.

Par Anouk Passelac

Beaucoup de bruit pour rien, c’est le sentiment qui ressort de la visite d’Emmanuel Macron, pour les habitants de Bastia. Une visite trop axée sur la répression, un président « agaçant »,… Les reproches faits au président sont multiples, dont son manque d'ouverture, estime Pasquale Pettorelli, retraité :

Nous-mêmes les Corses on doit se prendre en main, oui, c’est vrai. Mais, à un moment donné, il faut ouvrir la porte.

Pour Jean-Claude Vignoli, Emmanuel Macron s’est montré condescendant :

Je trouvais agaçant la manière d’Emmanuel Macron d’insister sur des évidences. Il a dit qu’en cas d’autonomie fiscale, les dotations en provenance de Paris devrait diminuer. C’est évident !


Les Corses globalement déçus par la visite d’Emmanuel Macron
Intervenants: Marylène Labbé, aide soignante, 56 ans / Pasquale Pettorelli, retraité, 63 ans / Jean-Claude Vignoli, retraité, 73 ans / Alice Vivoni, lycéenne, 18 ans / Matthis Giusti-Muselli, lycéen, 17 ans / Baptiste Varamo, lycéen, 17 ans. Reportage: Pierre Nicolas, François-Albert Bernardi, Anne-Laure Louche.

La Constitution : une « carotte à mâcher »


Même sentiment auprès de la jeunesse bastiaise. Matthis Giusti-Muselli, lycéen de 17 ans estime que le président ne s’intéresse pas assez à l’île :

Son discours était formaté par rapport à ce qu’il se passe sur le continent. Tout ce qu’il y a ici, il n’en parle pas forcément.

Baptiste Varamo, 17 ans, ne croit même pas à la seule avancée du discours de Macron, « favorable » à l’entrée de la Corse dans la Constitution :

Je pense qu’il veut éviter tout débordement en donnant une carotte à mâcher. Le temps que la motion [pour intégrer la Corse dans la Constitution] aille jusqu’au Parlement et que ce soit refusé.

Quel que soit leur âge, les habitants de Bastia ont donc l’impression que le dossier corse reste au point mort.

A lire aussi

Sur le même sujet

Corse - Appel à la mobilisation pour la journée mondiale du don de sang

Les + Lus