La douane de Haute-Corse en difficulté suite à l'immobilisation d'une de ses vedettes

Alors que la saison estivale est bien entamée, les moyens des douanes de Bastia se retrouvent considérablement diminués suite à l'immobilisation de la vedette "Libecciu" à Toulon pour une défaillance technique. La CGT dénonce une situation "invraisemblable", qui dure depuis le 12 mars dernier.
Immobilisée depuis mars au port de Toulon, la vedette Libecciu DF 25 manque aux douanes de Bastia.
Immobilisée depuis mars au port de Toulon, la vedette Libecciu DF 25 manque aux douanes de Bastia. © Grégoire Alcalay
"Une situation invraisemblable", selon la CGT : depuis le 12 mars dernier, la vedette "Libecciu" DF 25 des douanes de Bastia est immobilisée au port de Toulon à cause d'une défaillance technique.

Pourtant, selon le syndicat, il suffirait de 4 jours de travaux et 40 000 euros pour la remettre en état de fonctionnement. Seul bâtiment hauturier de la Haute-Corse, le navire de 28 mètres de long et 110 tonnes est l'une des deux vedettes affectées aux plus de 1 000 kilomètres de littoral corse.
 
La vedette des douanes de Bastia "Libecciu" - DF25, construite en 1989 (Illustration)
La vedette des douanes de Bastia "Libecciu" - DF25, construite en 1989 (Illustration) © DF25

« La sécurité des estivants, des plans d’eau, le contrôle des pêches, la sécurité dans le DST, toutes ces actions ne sont plus assurées à l’échelle du moyen, déplore Arnaud Collot, commandant en second des douanes de Haute-Corse et représentant CGT des douanes de Bastia. Les gendarmes et les affaires maritimes assument une charge de travail pour laquelle ils n’ont pas les capacités. »
 
Et en haute saison, les missions ne manquent pas pour les douanes de Bastia : lutte contre les conduites dangereuses, les pollutions, les trafics de stupéfiants, support aux opérations de sauvetage en mer, protection des estivants, etc.
 
La vedette de la douane de Bastia immobilisée à Toulon ©Grégoire Alcalay ; Guillaume Leonetti

Dans un courrier du 27 juillet adressé à Isabelle Braun-Lemaire, directrice générale des douanes, le Syndicat National des Agents des Douanes – CGT (SNAD – CGT) déplorait des défaillances techniques importantes, attribuables selon lui à la Socarenam, le fabricant du bateau.
 

Le courrier de la CGT adressé à Isabelle Braun-Lemaire, directrice générale des Douanes


Les problèmes de "qualité et de sérieux" de cette entreprise basée à Boulogne-sur-Mer seraient "récurrents et connus."

Pour le syndicat, le fabricant aurait dû être tenu responsable de ces défaillances par le service juridique de la douane.


La CGT dénonce "le laxisme des gestionnaires"


La CGT s'interroge plus globalement sur la gestion par la Direction des douanes des commandes de bateaux, celle-ci persistant à passer commande à la Socarenam alors que deux vedettes auraient déjà été immobilisés à Nice et à La Rochelle pour des "problèmes vibratoires."

Un symptôme pour le syndicat de "l'amateurisme" de la direction en matière d'acquisition de navires, épinglé en 2017 par un rapport de la Cour des Comptes.

Le SNAD-CGT dénonce plus globalement la réduction des moyens matériels affectés à la surveillance des côtes, et rappelle que la douane étant rattachée au ministère du budget, elle se doit donc "d’être un exemple de rigueur et de sérieux dans la gestion des deniers de l’État."

Contactée par l'intermédiaire de son service communication, la direction générale des douanes n'a pas donné suite à nos demandes d'information.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
douanes société