Retrait d'un point au SC Bastia : le club reçu au CNOSF le 8 mars

Après avoir été sanctionné par la commission de discipline de la Ligue de football professionnel en raison du comportement raciste de certains de ses supporters, le SC Bastia va être reçu le 8 mars par le Comité national olympique et sportif français. Le club, qui espère récupérer le point retiré au classement, avait en effet saisi le CNOSF dont l'avis reste consultatif.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Le dossier concernant le retrait d'un point ferme au classement infligé au SC Bastia va être examiné par le Comité national olympique et sportif français. 

Le 8 mars prochain, le club bastiais exposera ses arguments devant le concilitateur du CNOSF dans l'optique de récupérer le point retiré par la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP).

Il s'agit d'une proposition de conciliation à laquelle participera également un représentant de la LFP. La voix des dirigeants bastiais sera quant à elle portée par l'avocat du club, Me Baptist Agostini-Croce.

Contacté ce mercredi 28 février, ce dernier n'a "pas souhaité s'exprimer pour l'instant".

Rendue le 17 janvier par la commission de discipline de la Ligue, la sanction faisait suite au match de Ligue 2 SC Bastia-Quevilly Rouen Métropole disputé le 16 décembre 2023 à Furiani. Une rencontre lors de laquelle le juge de touche s'était plaint d'insultes racistes émanant de la tribune Sud. 

À la suite du rapport des officiels, le dossier avait été mis en instruction. Les dirigeants bastiais avaient alors évoqué un acte isolé d'un spectateur.

La commission de discipline de la LFP n'en a pas tenu compte et a donc sanctionné le club pour "propos racistes envers le corps arbitral ayant entraîné une interruption momentanée de la rencontre, usage d’engins pyrotechniques et jet d’un pétard sur l’aire de jeu".

Une fois la décision rendue et les motivations connues, le club avait décidé de saisir le CNOSF.

À la suite de la conciliation du 8 mars prochain, l'instance rendra un avis consultatif dans un délai d'un mois. Une fois que celui-ci sera connu, ce sera au conseil d'administration de la LFP (et non plus à la commission de discipline) de choisir de le prendre en compte ou pas.