Site d'enfouissement des déchets de Giuncaggio. Le préfet refuse la demande de dérogation au régime des espèces protégées

Le préfet de la Haute-Corse a suivi l'instance d'expertise scientifique et technique, compétente en matière de protection de la biodiversité, qui avait rendu un avis défavorable concernant l'implantation d'un centre de stockage des déchets à Giuncaggio. Les associations opposées au projet se réjouissent de cette décision.

"C'est une nouvelle victoire pour la protection du Tavignani." Les opposants aux projets de création de deux centres d'enfouissement de déchets de Giuncaggio se félicitent de l'arrêté préfectoral daté du 29 novembre 2023 qui "refuse la demande de dérogation au régime des espèces protégées déposée par la SARL Oriente Environnement".

"Ce projet ne répond pas, par sa nature, et compte tenu de ses intérêts économiques et sociaux, à une raison impérative d'intérêt public et nuit au maintien des populations d'espèces concernées dans leur aire de répartition naturelle." indique l'arrêté.

Le projet a du gros plomb dans l'aile.

U Levante

Association de défense de l'environnement

Cette décision du préfet de Haute-Corse suit l’avis défavorable du Conseil national de protection de la nature (CNPN) en date du 25 septembre 2023.

"Le projet de création de deux installations de stockage de terres amiantifères et de déchets dans le méandre du fleuve, site Natura 2000, aurait détruit une vingtaine hectares d’habitats d’espèces protégées et porté une atteinte irrémédiable à la biodiversité, mis en grand danger le fleuve dans le méandre et les nappes phréatiques en aval, en plaine d’Aleria", explique U Levante.

L'association de défense de l'environnement soutient les opposants de Tavignanu Vivu, engagés depuis plusieurs années dans des procédures visant à faire échouer ces projets jugés nuisibles pour la vallée.

Cette décsion ne signifie pas pour autant l'abandon définitif. D'autre recours sont en cours de part et d'autre, la bataille règlementaire va se poursuivre.