Borgo - Une tête humaine découverte dans un jardin

Corse: la tête d'une victime de meurtre retrouvée un an après enterrée dans un jardin
Nicolas Bessone, procureur de la République de Bastia - France 3 Corse ViaStella  - Maîa Graziani, Lionel Luciani

La tête d’un homme, dont le corps démembré et décapité avait été retrouvé au fil d’un puzzle macabre en avril 2016, aurait été mise au jour dans le jardin d'une résidence située le cordon lagunaire, au sud de Bastia (Haute-Corse), a indiqué lundi le procureur de la République.

Par France 3 Corse ViaStella

Un habitant de Borgo (Haute-Corse) a découvert lundi, en bêchant son jardin, une tête humaine qui semble appartenir à la victime d'un meurtre dont le tronc et les membres avaient été retrouvés il y a un an, successivement, en deux endroits de l'île.

"Sous réserve d'analyses complémentaires, et notamment ADN", il s’agirait bien de la tête de José Vicente Garcia, un homme de 49 ans dont le corps démembré et décapité avait été retrouvé en avril 2016, disséminé en plusieurs lieux, a déclaré le procureur de Bastia Nicolas Bessonne, lors d'une conférence de presse.

Dans cette affaire, Gérard Giorgetti, un homme de 53 ans au lourd parcours judiciaire, a été mis en examen pour "meurtre précédé accompagné ou suivi d'actes de torture et barbarie" et placé en détention provisoire au centre pénitentiaire de Borgo.

L'homme qui a découvert la tête lundi matin était l'une de ses connaissances, qui lui prêtait régulièrement sa voiture car il effectuait des travaux de jardinage pour lui, a expliqué le magistrat. 

Un puzzle macabre

Le prévenu partageait avec José Vicente Garcia une maison du lotissement "Les Sables de Biguglia" sur le cordon lagunaire. Lors de l'enquête des traces de sang avaient également été relevées au domicile du meurtrier présumé, dans le coffre de son véhicule et dans son réfrigérateur.

Le 19 avril 2016, le tronc de la victime avait d’abord été découvert par des randonneurs près du village d'Olmeta-di-Tuda, à une vingtaine de km au sud de Bastia.

Le lendemain, un promeneur avait mis au jour les bras et les jambes du corps, en partie carbonisés au pied d’un arbre en bordure de route, près du village de Belgodère, dans le nord-ouest de l'île.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus