En Corse, un emploi sur cinq est saisonnier

Publié le Mis à jour le
Écrit par P.S.

L'Insee vient de sortir un rapport très complet sur le chiffre de l'emploi saisonnier en Corse, à partir des chiffres de 2019. La part des emplois saisonniers sur l'île est six fois plus importante qu'au niveau national, ce qui la place en tête des régions pour ce type de contrats.

Alors que tombaient les chiffres du chômage pour le premier trimestre 2022, l'Insee sortait une étude très détaillée sur l'emploi saisonnier en Corse. Ce qui permet d'y voir plus clair sur les dynamiques en présence sur l'île, les salaires et les offres.

Au premier trimestre 2022 en Corse, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A (les personnes n'ayant aucun emploi mais étant en recherche active d'un contrat) a baissé de 2,6% sur le trimestre et de 13,6%.

Le nombre de demandeurs d'emplois tenus rechercher un travail ou ayant exercé une activité (catégories A, B, et C) baisse de 8% sur un an.

Certains syndicats et ONG dénoncent le fait que le nombre de radiations a augmenté, notamment avec la réforme de l'assurance chômage, qui durcit l'accès au droits en particulier pour les emplois courts. La CGT pointe le fait que les chiffres des catégories B et C (des emplois de courte durée, lui, ne baisse pas).

C'est justement sur cette catégorie de personnes que s'est penché l'institut national de la statistique (Insee). En 2019 en Corse, 27.700 emplois étaient saisonniers, rapporte l'étude, cela représente 19% des salariés privés hors agriculture. Au niveau national, la part des emplois saisonniers est de 3%. Seuls deux départements français présentent une part supérieure à la Corse : la Savoie (25 %) et les Hautes-Alpes (23 %).

La restauration en tête

La part des emplois saisonniers est très importante à Calvi (où 44% des emplois sont saisonniers), Porto-Vecchio (38%) et Propriano (35%). Elle est limitée à Bastia (12%) et Ajaccio (13%).

Les emplois saisonniers se trouvent principalement dans la restauration (35%), l'hébergement (26%) et dans le commerce de détail hors auto-moto (15%).

La restauration est le secteur qui fait le plus appel à des saisonniers. En Corse, six emplois sur dix sont des contrats de ce type, contre un emploi sur dix au niveau national. Les serveurs, commis et garçons de restauration y sont majoritaires.

Six emplois saisonniers sur dix ont une durée inférieure ou égale à 4 mois. Les contrats de 7 mois ou plus sont rares : 2 300 en 2019, soit 7 % de l’ensemble. La moitié des contrats saisonniers durent au moins 2 mois dans le commerce de détail et au moins 4 mois dans l’hébergement. Cette durée médiane est notamment plus longue dans les hôtels (5 mois).

Profil type

Comme il y a peu de cadres et professions intermédiaires dans les emplois saisonniers, le salaire moyen est inférieur à celui des autres salariés du privé.  Le salaire horaire net moyen est de 10,5 €, soit 20 % inférieur à celui des autres salariés du privé (13,0 €).

La moitié des saisonniers occupe au moins un autre emploi dans l’année (avec des employeurs différents).

Pour ce qui est du profil type du saisonnier, il s'agit majoritairement d'hommes, jeunes (un sur deux est âgé de moins de 30 ans) et 27% ne réside pas en Corse. La part de salariés non-résidents est élevée dans les métiers de la restauration, notamment chez les serveurs (46 %) et les cuisiniers et commis (44 %). Ces mobilités géographiques concernent un employé d’hôtellerie (étage, réception, polyvalents…) sur quatre, mais un vendeur ou caissier sur dix.

Emploi agricole

Dans l'emploi saisonnier agricole, les emplois sont courts, la moitié dure 1 mois ou moins dans la viticulture, principalement pour les vendanges en septembre ; généralement 2 à 3 mois dans la culture d’agrumes (entre mi-octobre et fin janvier) et 1 mois de plus dans les fruits à pépins/noyau, qui correspondent pour moitié à une saison d’hiver (novembre-janvier). Les salaires médians se situent autour de 9€ de l'heure et la majorité des salariés viennent de l'étranger.