• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

La collectivité unique s'invite au congrès des maires de Corse du Sud

La collectivité unique s'invite au congrès des maires de Corse du Sud
Antoine Versini, maire de Cristinacce; Angèle Chiappini, maire de Letia; Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de Corse - France 3 Corse ViaStella - Florence Antomarchi, Sylvie Wolinsky

Les maires de la Corse du sud se sont réunis vendredi 20 janvier à Ajaccio pour leur congrès annuel. Au coeur des discussions, la future collectivité unique, en place à partir du 1er janvier 2018, qui nourrit toujours certaines inquiétudes.

Par France 3 Corse ViaStella

Certains élus s'inquiètent du sort réservé aux communes et de la représentativité des territoires au sein de la future collectivité unique, dont l'installation est prévue au 1 er janvier 2018.

C'est le cas du maire d'Alata, Etienne Ferrandi. Pour l'édile, "il reste à construire un transfert de compétences entre des structures qui fonctionnent, commes les Départements qui sont aux plus près des territoires."

"Il faut réussir à créer quelque chose qui ne soit pas un monstre où la représentativité des territoires est effective", a encore indiqué Etienne Ferrandi.

En décembre 2017, les électeurs corses devront désigner les 63 élus de la nouvelle collectivité unique dont la première séance doit se tenir le 2 janvier 2018. Une nouvelle chambre des territoires composée de 42 membres doit être créée. Son rôle sera s’assurer la coordination entre les différentes intercommunalités.

Pour le maire d'Alata, cette chambre des territoires n'est rien d'autre qu'"un gadget", le pouvoir décisionnel restant à la la collectivité unique. "Le risque est que la chambre des territoires ne se sclérose et devienne un alibi pour une concertation où la décision sera finalement prise par la CTC".

Collectivité unique : inquiétudes du maire d'Alata
Étienne Ferrandi, maire d'Alata - France 3 Corse ViaStella  - Florence Antomarchi, Sylvie Wolinsky

 

Sur le même sujet

Question/Réponse : Eric Leoni, professeur à l'université de Corse

Les + Lus