• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

DSP Maritime : les deux lettres qui mettent fin à un accord historique

© Boris Horvat / AFP
© Boris Horvat / AFP

Nous nous sommes procurés, en exclusivité, l’échange de courrier entre la Corsica Linea et la Méridionale, du mois de septembre dernier, sur la future délégation de service public. La compagnie aux bateaux bleus y refuse la proposition d’offre conjointe faite par celle aux navires rouges

Par Pierrick Nannini

C’est le 3 septembre dernier, à deux mois de la date butoir, que Pierre-Antoine Villanova, le directeur général de la Corsica Linea, transmet une proposition d’offre commune à son homologue de la Méridionale Benoit Dehaye.

Après plusieurs mois d’échanges et de tractations, cette offre officielle, concernant la future délégation de service public de 15 mois entre Marseille et la Corse, arrive très tardivement. Ce qui préfigurait déjà à l’époque le remous entre les deux compagnies.

 
DSP Maritime : les deux lettres qui mettent fin à un accord historique
Equipe - Anne-Marie Leccia ; Pierrick Nannini

 

Une offre avec un nouvel équilibre proposé par la Corsica Linea


Dans cette proposition, la Corsica Linea souhaite désormais apporter 5 navires dont un affrété à la Meridionale qui serait repeint en rouge contre 2 bateaux seulement pour la compagnie bleue.

Cette donnée est nouvelle puisque dans l’ancienne DSP, l’ex-SNCM devenue Corsica Linea mettait à disposition 4 navires contre 3 du côté de la Méridionale.

 

Ce nouveau schéma, voulu par la compagnie aux bateaux rouges, intervient quelques mois seulement après une tentative de fusion refusée par le PDG de la Méridionale Francis Le Mor.

 


Refus de la Méridionale


La réponse de La Méridionale intervient le 28 septembre, soit 25 jours plus tard. Dans un courriel, le directeur général Benoit Dehaye refuse les conditions de cette offre.

Il justifie son refus par le nouvel équilibre proposé par la direction de la Corsica Linea. « Nous n’accepterons en aucun cas de réduire volontairement notre flotte de continuité territoriale et de transférer l’exploitation commerciale d’un de nos navires possédé en pleine propriété à un autre armateur, et sous une marque qui n’est pas la nôtre. » explique Benoit Dehaye.
 

Fin d’un accord historique


Par cette décision, la Méridionale et la Corsica Linea rompent ainsi un partenariat historique vieux de 40 ans. Les deux compagnies ont donc candidaté pour la première fois séparément. 

C’est la Méridionale qui semble aujourd’hui en position de faiblesse. Elle est d’ores et déjà exclue des lignes d’Ajaccio et Propriano, comme l’a confirmé le Tribunal Administratif de Bastia le mardi 19 mars. 

 


Désormais, ce sont les négociations utiles avec la Collectivité de Corse qui vont s’ouvrir. La Méridionale sera reçue le 4 avril par l’Office des Transports de la Corse. La Corsica Linea devrait suivre le lendemain, le 5 avril prochain.



 

Sur le même sujet

Ajaccio : quatre hommes mis en examen dans l’affaire de La Part des anges

Les + Lus

Les + Partagés