Corte : des parents d'élèves de l'école Sandreschi bloquent l'accès à la cité scolaire Pascal Paoli pour alerter sur la suppression d'un poste d'enseignant

Le blocage mis en place à l’école Sandreschi, depuis plusieurs jours, par des parents d’élèves, a été élargi à d'autres établissements scolaires cortenais, ce mardi. Au centre des inquiétudes : la possible suppression d’un poste d’enseignant à la rentrée prochaine en lien avec la baisse du nombre d’écoliers au sein de l’établissement.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Les parents d'élèves de l'école Sandreschi, à Corte, ont bloqué, dans la matinée de ce mardi 20 février, l'entrée au collège et au lycée Pascal Paoli. 

L'objectif : montrer leur désaccord face à la suppression prévue d’un poste d’enseignant à la rentrée prochaine dans le cadre de la structuration annuelle de la carte scolaire. Une décision incompréhensible pour les parents d'élèves, qui rappelle que la ville de Corte est dynamique en termes de population.

À la rentrée 2024, 19 élèves vont quitter le groupe scolaire Sandreschi pour rejoindre le collège, passant les effectifs globaux de 204 à 185. "Cette année, on sait qu'on sera sur des effectifs corrects. On sait que l'équipe pédagogique jouera le jeu et accomplira son travail, parce qu'on les connaît", indique un des parents d'élèves présent au rassemblement ce matin.

La problématique repose en fait sur la rentrée suivante : "On sait que les effectifs vont remonter de manière significative, et nous n'avons aucune garantie de réouverture de poste."

Un rendez-vous accordé dans l'après-midi

Les prévisions pour 2025 annoncent ainsi des effectifs en hausse, avec 199 inscrits. Résultat, le poste d'enseignant en moins viendrait à manquer dès l'année suivant sa suppression, sans aucune assurance de pouvoir le retrouver.

Dans ce cadre, les parents d'élèves assurent être prêts à la mise en place d'un compromis : "On a proposé au DASEN (directeur académique des services de l'éducation nationale d'accepter une suppression de poste avec une garantie écrite qu'il sera réouvert en 2025".

Une demande pour l'heure restée sans réponse. Mais sur laquelle ils auront l'occasion de revenir lors d'un rendez-vous qui leur a été accordé dans l'après-midi avec le directeur académique de la Haute-Corse, afin de discuter sur le contenu de la carte scolaire à Corte.

Une réunion à laquelle se joindra également le sénateur Paulu-Santu Parigi, présent, ce mardi matin, pour soutenir les manifestants. L'élu indique avoir en parallèle interpellé par lettre la ministre de l'Education nationale, Nicole Belloubet, sur ce problème.