Cet article date de plus de 3 ans

Corte : Macellai in Festa, la viande corse à l’honneur

Les bouchers ont leur fête. La troisième édition de Macellai in Festa était organisée hier, lundi à Corte par les bouchers insulaires, la Chambre d'agriculture et l'Odarc. L'occasion de faire découvrir leur métier aux visiteurs et plus largement, les métiers de bouche.
© Pierrick Nannini/FTVIASTELLA
À Corte, à l’occasion de la troisième édition de Macellai in Festa, Franck vient d’aiguiser ses couteaux. Il peut maintenant préparer sa pièce de rumsteck.
Après avoir exercé dans un supermarché, il a ouvert sa boucherie à Corte il y a 10 ans. Ce qui l'anime, c'est le contact permanent avec ses clients. « Le client vous demande des préférences en découpe, en préparation. On s’adapte à ce qu’il veut et puis on discute, on a le rapport humain, la convivialité. Ça apporte plus de chaleur aussi », indique Franck Hadjic.

C'est pour échanger avec le public que Franck et une quinzaine de bouchers organisent Macellai in Festa. C’est pour eux l'occasion de promouvoir les métiers de la boucherie, notamment à travers des démonstrations. « Là, je suis en train de déjointer. On désarticule les côtes entre elles parce que là, elles sont maintenues par le cartilage. Donc je coupe le cartilage et je les déjointe. Ça permet de les désosser plus facilement », montre Eric Caselli, boucher.


Corte : Marcellai in Festa, la viande corse à l’honneur


« La viande a beaucoup de saveur »


Entrecôte, daube, faux-filet, il y en a pour tous les goûts. Et petits ou grands gourmets, l'avis semble unanime. « Elle est très couteuse et elle a beaucoup de saveur », explique un curieux. « Elle a un goût d’herbe, je n’arrive pas à définir le goût de l’herbe, mais elle est délicieuse », continue une autre.

Le produit à l'honneur de cette manifestation, c'est la vache corse. Elle jouit d'une bonne image auprès du public.

Avec 120 boucheries sur l'île, la profession connaît un léger regain. « Je dirais qu’elle se porte bien. Il y a eu quelques ouvertures marginales de boucheries ici et là, mais ça reste encore fragile », estime Louis Constant, président des bouchers de Haute-Corse. Servies en sauce ou avec du pot-au-feu, touristes et locaux ont pu faire frétiller leurs papilles.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival culture tradition sorties et loisirs agriculture économie centre corse